• Pour le défi n°97  chez  Evy

    voici ma participation avec ce beau poème chanté à écouter  ici

    Vous pouvez retrouver son auteur, Jeannine Biehler, ici : JB Poésie


    25 commentaires
  • Antonomase (Jeu de lettres n°101)

    Lady Marianne propose un  petit-jeu-de-lettres-101

    Le mot le plus long en anagramme à déchiffrer est :  ANTONOMASE

    Nom féminin - Sorte de synecdoque qui consiste à prendre un nom commun pour un nom propre, ou un nom propre pour un nom commun. Un Zoïle pour un critique ;
    l'Orateur romain pour Cicéron.

    Avec les lettres proposées :

    faire des mots de 5 lettres au moins et au moins 5 mots

    puis les inclure dans un texte sur un thème de votre choix.

    Voici mon texte : (avec les mots trouvés en gras et en italique) :

    Dès que le téléphone avait sonné, Manon  avait eu un affreux pressentiment. A l'autre bout du fil, on lui avait appris que son amant, Stéphane Amont, après une mission journalistique au Sénat, avait été victime d'un accident vasculaire cérébral chez lui, à Mantes-la-Jolie. Il fallait qu'elle monte  de toute urgence en région parisienne pour le rejoindre.  Et c'était une tuile de plus qui lui tombait sur le coin du nez. L'état de santé  de sa pauvre maman, si alerte antan, était alarmant.  Dans ces conditions-là, c'était risqué de quitter Menton. N'osant penser au pire en la laissant seule dans sa  « Ville du Citron » comme elle aimait l'appeler... Le citron étant l'un des symboles de la célèbre station touristique de la Côte d'Azur, cette antonomase correspondait bien à celle que l'on avait surnommée aussi à juste titre  « Perle de la France ». Encore une fois, Manon  se demandait si elle n'avait pas signé un pacte avec Satan. Par le passé, elle avait déjà vécu  des tonnes  d'enquiquinements et elle avait peur que tous ses efforts afin de garder la tête hors de l'eau pour ne pas plonger, soient réduits à néant...


    19 commentaires
  • Nos 14 novembre

    Un récit poignant très bien écrit...

    En voici la 4e de couverture :

    L'homme de ma vie et le père de mes enfants est mort sous les balles des terroristes. Je viens de passer une nuit avec cette nouvelle dont je ne sais que faire. Je me rends à l'Ecole militaire, où l'on reçoit les familles. Mon fils dort encore, je pose la main sur mon ventre pour sentir ma fille. Le soleil se lève sur la ville, toute la beauté du monde n'a pas disparu. Je me redresse, j'essuie les larmes qui coulent sur mes joues. Les suivantes ne sont déjà plus les mêmes, qui doucement font naître la décision la plus importante de mon existence : je vais continuer à vivre. Je lui dois bien ça, je nous dois bien ça. Nous serons heureux."

    Vous pouvez lire un extrait et écouter Aurélie Silvestre  ici


    20 commentaires
  • Kylie et Liza

    Une histoire qui m'a bouleversée...

    Kylie Myers était une enfant qui respirait la joie de vivre. Mais à ses 12 ans, lorsqu’un cancer des os lui a été diagnostiqué, sa vie a basculé. Pendant les années difficiles qu’elle a traversées, son chat était là pour la soutenir. Et désormais, il poursuit sa mission...

    La suite est à lire  ici

    L'émouvante  vidéo de Kylie et Liza est à voir  ici


    23 commentaires
  • Une page de vie tournée

    Pour l'atelier-2-2017 chez  Les-mots-de-Montpellier

    J'ai choisi le sujet 3.  La ronde de mots :

    Démons - douceurs - commune - inconduite - bambou - galanterie - fleurir - grive- archives- refermer.

    Voici ma participation :

    Effondrée, Herveline était au 36e dessous...  Son mari était la proie des démons  de midi et de minuit réunis. Elle aurait dû s'en douter qu'il courait le guilledou ! Toutes ses douceurs et ses attentions inaccoutumées l'avaient intriguée, interloquée et lui avaient mis la puce à l'oreille. Sans commune  mesure, il fallait qu'elle se rende à l'évidence, son cher et tendre depuis plus de 30 ans, la trompait. Comment allait-elle se relever ? Elle avait beau se dire qu'elle n'était ni la première ni la dernière à qui ça arrivait, cela ne la consolait pas pour autant. Quel goujat ! Quelle inconduite  de sa part, après tout ce qu'ils avaient vécu ensemble ! Les petits bonheurs, les gros tracas  et enfin  les enfants... D'ailleurs, qu’ allaient-ils en penser ? Elle savait déjà que Numa et Bambou  en seraient peinés. Elle se sentait bafouée, salie... Elle n'en avait que faire de sa  galanterie  déplacée pour arrondir les angles.  Et il ne lui servirait à rien de vouloir la fleurir  pour se racheter. C'était trop tard ! Martin Grive, son époux, devant Dieu et les hommes l'avait bel et bien trahie.  Elle ne lui pardonnerait jamais ses frasques. Elle n'aurait nul besoin de fouiller dans ses archives. Sans chercher, elle était tombée par hasard sur une lettre  énamourée de l'une de ses dulcinées. A l'aube de ses cinquante ans, Herveline allait devoir refermer  une page de sa vie. 


    16 commentaires