• De tes nouvelles

    Un livre emprunté  à la médiathèque et qui m'a beaucoup plu.

    Je vous le conseille pour passer un agréable moment de lecture.

    L'histoire est simple et émouvante. Elles est plaisante à lire. Les personnages  y sont très attachants.

    En voici la 4e de couverture :

    Anna-Nina, pétillante et légère, est une petite fille en forme de trait d'union. Entre Eric, son père, et Valentine, qui les a accueillis quelques mois plus tôt un soir d'orage et de détresse.

    Maintenant qu'Eric et Anna-Nina sont revenus chez Valentine, une famille se construit jour après jour, au rythme des saisons. Un grain de sable pourrait cependant enrayer les rouages de cet avenir harmonieux et longtemps désiré.

    Depuis Juste avant le bonheur, son premier succès, Agnès Ledig sait trouver les mots justes pour exprimer les émotions qui bouleversent secrètement nos vies. Son nouveau roman vibre d'énergie et de sensibilité, à l'image de ses personnages, héros du quotidien qui ne demandent qu'à être heureux.

     

    Vous pouvez lire un extrait ici


    votre commentaire
  • Augustin Lesage naît à Saint-Pierre-lez-Auchel le 9 août 1876. Dans une famille où les ascendants sont mineurs de père en fils, Lesage reprend le métier dès la fin de ses études à l'école primaire, et il épouse une fille de mineur. Il n'avait jamais manifesté une disposition pour le dessin et le seul contact qu'il a eu avec les arts était une visite au Palais des beaux-arts de Lille pendant son service militaire.  En  1911, alors qu’il travaillait au fond de la mine, il entendit une voix qui lui disait : « Un jour, tu seras  peintre. »

    À sa mort, en février 1954, il laissait environ huit cents peintures...

    Pour en savoir davantage sur cet artiste peintre,

    voir l'article bien documenté ici  Les lectures de Florinette

    Ainsi que ces deux vidéos :

     

     

     

     


    14 commentaires
  • Des chiens attendrissants en vieux tissus

    Au premier abord, on pourrait croire à des chiens abandonnés, des âmes perdues mais toujours aimantes… Mais il n’en est rien. Ou du moins, pas vraiment.Ces animaux sont en réalité des sculptures de l’artiste Holy Smoke, de son vrai nom Helen Thompson. À découvrir sur son site, ces chiens de tissus sont tout simplement attendrissants. 

    La suite de l'article est ici

    ( Merci à Arcane )


    22 commentaires
  • (Jeu n°152)

                      Lady Marianne propose un  petit-jeu-de-lettres-152

    (Jeu n°152)

    Le mot le plus long en anagramme à déchiffrer est : BECQUERELLES

    Adjectif féminin pluriel -paroles médisantes- mordantes -proprement: qui donnent des coups de bec.

    Substantif féminin : Méchante langue, femme criarde, querelleuse...

    Avec les lettres proposées : faire des mots de 5 lettres au moins et au moins 5 mots puis les inclure dans un texte sur un thème de votre choix.

    Voici mon texte (avec les mots trouvés en gras et en italique) : 

    Bertille entretenait des relations courtoises avec ses voisins. Néanmoins, son côté un tantinet sauvage la faisait vivre un peu en recluse  entre ces vieux murs écrus. Derrière ses volets bleus écaillés, loin des regards indiscrets, dans la bulle  qu'elle s'était créée, elle préférait de beaucoup la compagnie de ses cinq chats à celle  des humains. Rebelle aux festivités et aux mondanités, elle n'avait même pas souhaité célébré  ses soixante-dix ans. L'hiver, il faisait froid en Creuse, et elle avait pour habitude de nourrir tous les  greffiers, errant dans sa ruelle  ; elle laissait des gamelles d'eau et de croquettes à leur disposition. Et personne n'y trouvait rien à redire... Alors, un matin, elle avait été éberluée, quand elle avait vu toutes leurs  écuelles  renversées puis elle était entrée dans une colère bleue. Car les petits abris de fortune qu'elle avait fabriqués de ses propres mains, avaient été saccagés et certains brûlés. L'amie des petits félins  ne s'était pas creusé  la tête bien longtemps pour deviner qui était la coupable... Il s'agissait sans aucun doute de cette péronnelle à la quarantaine épanouie, arrivée depuis peu dans le village, et qui n'était pas dotée d'une belle  âme tout en fricotant avec les curés, à qui mieux mieux. Ne passait-elle pas, le plus clair de son temps, à se pomponner, à se pavaner dans des clubs  de loisirs futiles, à coincer la bulle  et à chercher querelle  à tout le monde ? Elle détestait les animaux ; son attitude cruelle  et ses critiques becquerelles  à l'encontre de la gent féline avaient plus d'une fois ulcéré  Bertille qui avait éculé  tout son répertoire d'arguments  pour lui rabattre son caquet. En vain ! La becquerelle n'en démordait pas. Les chats avaient tout intérêt à ne pas s'approcher d'elle. Mais elle allait vite savoir de quel bois se chauffait leur "nourriceuse"...

     

    NB : Coincer la bulle signifie ne rien faire, paresser, faire une pause, une sieste...


    23 commentaires
  • Tableau du samedi : Les mots d'amour d'un chat

    Chat de Marcats ©

                                                     Ne pas copier SVP 

    Pour le tableau du samedi chez  Lady Marianne

    j'ai choisi une très belle peinture réalisée par Marcats

    Ses chats sont si expressifs dans leurs attitudes et mimiques !

    A noter que celle-ci sera présentée avec trois autres peintures de l'artiste à l'expo collective "Les Chats" dans la galerie du "Vert-Galant", 52 quai des Orfèvres à 75001 Paris au mois de mars.

    (découverte grâce à Grifélins)

    Son site est ici : Facebook/Marcats

    Liens complémentaires à consulter :

    Exposition-de-peintures-dédiées-au-chat-à-la-galerie-du-Vert-Galant-2017

    Exposition-de-peinture-dédiée-aux-chats-Cata-Morgana-Bruxelles-15-30-novembre-2014

    Je remercie chaleureusement Marcats, de m'avoir gentiment autorisée à publier  l'une de ses œuvres.

    Tableau du samedi : Les mots d'amour d'un chat


    20 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires