• La famille canard

                                   Pkoto Wikipedia Cane et ses canetons

    Une vidéo que j'ai vue chez Lilou

    Je l'ai trouvée si mignonne que je la partage avec vous.

     

    https://www.youtube.com/watch?v=AznIhprU2YM&feature=emb_logo

     


    13 commentaires
  • La Fondation 30 Millions d’Amis a recueilli un renardeau trouvé au bord de la route près du corps inerte de sa mère, fauchée par une voiture (28/05). Transféré au CHUV Faune Sauvage de Maisons Alfort (94), il a pu être relâché dans son environnement naturel après avoir suivi un long processus d'apprentissage.

    Pour lire l'article c'est ici 30 Millions d Amis

     

    Savez-vous ce que deviennent les animaux sauvages en détresse recueillis en région parisienne ? Découvrez-le au travers de l'histoire d'Alfox, un renardeau orphelin sauvé de justesse par la Fondation 30 Millions d'Amis. Pris en charge au CHUV Faune sauvage de l'École vétérinaire d'Alfort (94). Chouchouté comme une dizaine d'autres renardeaux chaque année, il a pu être relâché et a aujourd'hui retrouvé la liberté.

     

    https://www.youtube.com/watch?v=2O6bPp-mOBM&feature=emb_logo


    15 commentaires
  • Je partage l'article d'hier de Jean-Louis que je remercie au passage pour tous ses articles de qualité. Vous pouvez le retrouver dans son intégralité ici :

    Nature ici ailleurs/Craquante-la-petite-cuillère-comestible

    Bravo à cette jeune femme qui a l'air pétillante de vie pour son idée que je trouve géniale...

     

    Publié le 15 septembre 2020 par Emmanuel Moreau

    Tiphaine Gueroud dirige une jeune société française qui développe des couverts comestibles. Plusieurs goûts sont proposés pour mieux accompagner des recettes variées…

     

    Craquante la petite cuillère comestible

    Thiphaine Gueroud et sa petite cuillère comestible au café… Photo : © Radio France/Emmanuel Moreau

     

    Rien ne destinait Tiphaine Gueroud à devenir chef d’entreprise. Cette trentenaire a commencé par faire des études d’histoire avant d’intégrer Sciences Po. Là elle a rencontré Bruno Latour, désigné comme le penseur français le plus influent à l’étranger. Ses cours l’ont convaincue de s’engager sur la voie de l’écologie qu’elle veut joyeuse

    Unique en Europe 

    C’est pour cette raison qu’elle a créé Koovee, la seule société en Europe qui fabrique des petites cuillères qui, une fois le dessert terminé, se mangent. Comme une cuillère traditionnelle, elle mesure 12 cm, elle est de couleur marron. Un peu compacte, épaisse, elle tient bien en main, elle est faite pour aller dans tous les plats.

    «Jai à cœur de dédier ma vie professionnelle à l’écologie (…) Créer une entreprise écologiste avec un business model pérenne était un moyen d’exercer une forte influence rapidement.» Tiphaine Gueroud

    Farine de blé, huile de colza

    Sa composition se rapproche de celle d'une biscotte : farine de blé, huile de colza, sel. Elle est résistante. On peut la tremper dans la sauce, dans la soupe, elle ne plie pas. Et à la fin du repas, on peut la manger, elle n'est pas casse-dent.

    Plusieurs saveurs

    La koovee est déclinée en plusieurs saveurs. Il y a par exemple le goût amande, pour les desserts, herbes de Provence pour l’apéritif ou les salades ou plus simplement, neutre. Tiphaine propose même sur son site internet des recettes à déguster en associant ses petites cuillères.

    «Il y a 10 ans, les couverts et sacs en plastique étaient un non-sujet. Voir que lantiplastique devenait une des priorités des entreprises ma confortée dans lidée quil y avait une affaire à lancer. » Tiphaine Gueroud

    Une alternative au jetable

    Aujourd'hui pour Tiphaine, il n'y a pas d'alternative pertinente aux couverts à usage unique, alors qu'ils envahissent notre quotidien. Avec ses petites cuillères et bientôt sa fourchette, elle pense apporter sa solution zéro déchet. Le réseau d'incubateur La Ruche et son programme les Audacieuses réservé aux femmes qui ont un projet à fort impact a accompagné Tiphaine dans son aventure. Un appel à candidature est en cours…

    Retrouvez Thiphaine Gueroud, fondatrice de Koovee, au micro d'Emmanuel Moreau*

    *Esprit d’Initiative, du lundi au vendredi à 6h18 sur France Inter

    Pour toute proposition ou renseignement, vous pouvez contacter Tiphaine Guerout par mailtiphaine@koovee.co


    18 commentaires
  • La folie américaine des tigres

    Souvent maltraités, ils vivent dans de petits zoos locaux ou des chez particuliers. Les tigres sont aujourd'hui plus nombreux en captivité aux États-Unis qu'à l'état sauvage dans le monde entier. Une situation très risquée...

    ... Les tigres sont une espèce en crise. Environ 100 000 de ces félins arpentaient l’Asie au début du XXe siècle. Chasseurs de trophées en Inde, engouement pour les fourrures dans les années 1960 aux États-Unis et en Europe, réduction de leur habitat, conflits avec les populations locales et braconnage les ont décimés. Aujourd’hui, il en reste peut-être 3 900 à l’état sauvage. Le tigre est le grand félin le plus proche de l’extinction.

    Ce qui m’a convaincue de me pencher sur les tigres aux États-Unis est une intervention de Carson Barylak, spécialiste des politiques publiques au Fonds international pour la protection des animaux (Ifaw). J’écrivais alors des reportages depuis des années sur le trafic d’animaux sauvages en Asie. Entre 5 000 et 10 000 tigres vivent en captivité aux États-Unis, expliquait Carson Barylak. Personne, y compris au sein des autorités, ne connaît leur nombre exact, et aucune loi fédérale globale ne régule leur détention.

    Barylak montrait une carte multicolore illustrant les lois des États. Les uns interdisent la détention privée de grands félins. D’autres réclament un permis. Quatre États n’ont aucune loi. Aux États-Unis, il est parfois plus facile d’acheter un tigre que d’adopter un chaton dans un refuge...

     

    En cliquant sur le lien ci-dessous lire en entier l'extrait de l’article de Sharon Guynup « La folie américaine des tigres » publié dans le numéro 243 du National Geographic Magazine ici :

    National geographic/animaux


    14 commentaires
  • La fille du maître de chai

    Pour le défi-n-73-quel-est-le-dernier-livre-que-vous-avez-lu chez Evy

    je vous présente un best-seller international (2014)

    Livre déniché dans la boîte à livres de ma ville (état neuf !) qui m'a beaucoup plu. et qui a une suite (qu'il va falloir que je lise)

    En voici la 4e de couverture :

    1895. Sarah Thibault, 17 ans, vit avec ses parents et sa sœur Lydie dans le Val de Loire, où la famille exploite un vignoble.
    À la suite du décès de son époux, la mère de Sarah est contrainte de vendre le domaine à une famille de négociants, les Lemieux, dont le fils aîné épouse Lydie.
    Mais une nouvelle tragédie oblige les deux sœurs à quitter la France. Sarah, qui n’a pas abandonné son rêve de devenir viticultrice, gagne la Napa Valley, en Californie.
    Sur place, elle fait la connaissance d’un certain... Philippe Lemieux, qui s’est lui aussi lancé dans l’aventure viticole.
    Les deux Français décident d’associer leurs talents. Mais les affaires et l’amour peuvent-elles faire bon ménage ? D’autant que Sarah cache un indicible secret...
    Dans la lignée des romans de Tamara McKinley et Sarah Lark, le destin d’une jeune femme courageuse qui n’a d’autre choix que l’exil pour réinventer sa vie.

     

    Kristen Harnisch a été cadre dans de grands groupes bancaires avant de publier La Fille du maître de chai (L'Archipel, 2018), son premier roman, devenu un succès international. Amoureuse de la France, elle réside dans le Connecticut avec son mari et leurs trois enfants.
    Pour trouver l'inspiration, elle s'est rendue à San Francisco et dans la Vallée de la Loire.

    La fille du maître de chai


    16 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique