• Le chat (2) de Charles Baudelaire

    1ere partie de ce très beau poème  de Charles Baudelaire

    Dans ma cervelle se promène 
    Ainsi qu'en son appartement,
    Un beau chat, fort, doux et charmant.
    Quand il miaule, on l'entend à peine,

    Tant son timbre est tendre et discret ;
    Mais que sa voix s'apaise ou gronde,
    Elle est toujours riche et profonde.
    C'est là son charme et son secret.

    Cette voix, qui perle et qui filtre
    Dans mon fonds le plus ténébreux,
    Me remplit comme un vers nombreux
    Et me réjouit comme un philtre.

    Elle endort les plus cruels maux
    Et contient toutes les extases ;
    Pour dire les plus longues phrases,
    Elle n'a pas besoin de mots.

    Non, il n'est pas d'archet qui morde
    Sur mon coeur, parfait instrument,
    Et fasse plus royalement
    Chanter sa plus vibrante corde,

    Que ta voix, chat mystérieux,
    Chat séraphique, chat étrange,
    En qui tout est, comme en un ange,
    Aussi subtil qu'harmonieux !

    (Les Fleurs du Mal)

    La 2e partie est à lire ici

    Les grands classiques/poèmes/Charles Baudelaire/le chat 2


    24 commentaires
  • J'aime et je connais par coeur le premier album de Maxime...

    Un très très bel album, contenant des chansons magnifiques et essentielles comme "Mon Frère", "Education Sentimentale", "Mourir pour une nuit" "Ça Sert à Quoi", "La rouille"... Et surtout "Sans Francisco"...

    J'ai toujours rêvé d'aller un jour à San Francisco... 

    Et de voir cette fameuse "maison bleue".


    26 commentaires
  • Comment votre chat voit-il ?

    Voici bien une question compliquée, à propos de nos amis chats : que se passe-t-il dans leur tête ? A quoi pense-t-il quand il vous regarde fixement pendant de longues minutes ? Voit-il les couleurs ? Est-ce qu'il voit mieux que nous ? Voici ce que l’éthologie, l’étude du comportement, nous apprend sur le cerveau des chats.

    Le chat est un animal intelligent, capable d’apprendre, et faisant preuve d’une certaine sensibilité par rapport à son environnement. Certaines de ses réactions nous paraissent pourtant incompréhensibles, illogiques. La question peut se diviser en deux parties : comment le chat perçoit-il l’environnement, quelles sont les différences avec nous ? Et dans un deuxième temps, qu’est-ce qui retient l’attention d’un chat ?

    La suite de l'article du  Dr Stéphane Tardif
    Docteur vétérinaire et rédacteur pour Wamiz est à lire  ici


    22 commentaires
  • Citations félines de Chateaubriand

    Le chat vit seul . Il n'a nul besoin de société. Il n’obéit que quand il veut, fait l'endormi pour mieux voir et griffe tout ce qu'il peut griffer.

     

    Citations félines de Chateaubriand

     J'aime dans le chat ce caractère indépendant et presque ingrat qui le fait ne s'attacher à personne, et cette indifférence avec laquelle il passe des salons à ses gouttières natales.

     


    19 commentaires
  • Spectre de chat et mémoires d'outre-tombe à Combourg

                                    Coucher de soleil sur le château.

                              Photo Wikipedia/Château de Combourg

    Pour le défi-n-1-thème-les-contes-légendes-mythes chez Evy

    Voici ma participation

    Le petit chat est mort. On a retrouvé sa momie dans l’une des tours du château de Combourg, forteresse arrimée en  Bretagne, à mi-route entre Rennes et Saint-Malo, sur un promontoire qui domine la commune et ses 5 800 habitants de sa masse ombrageuse...

    Chateaubriand l’évoque dans ses Mémoires d'outre-tombe, alors même que l’animal mort ne fut découvert dans les murs du château qu’à la fin du XIXe siècle à la faveur de travaux de modernisation et que l’écrivain ignorait donc son existence : «Avant de me retirer, ma mère et ma sœur me faisaient regarder sous les lits, dans les cheminées, derrière les portes, visiter les escaliers, les passages et les corridors voisins. […] Les gens étaient persuadés qu’un certain comte de Combourg à jambe de bois, mort depuis trois siècles, apparaissait à certaines époques et qu’on l’avait rencontré dans le grand escalier de la tourelle.» Et il ajoute cette précision : «Sa jambe de bois se promenait aussi quelquefois avec un chat noir.»...

    Ces peurs enfantines hantèrent l’œuvre de Chateaubriand. Curieusement, elles forgèrent aussi sa passion pour les chats. Au point qu’en 1829 le pape Léon XII lui légua Micetto, délicat félidé gris roux élevé sous les ors du palais pontifical que l’écrivain, alors ambassadeur à Rome, fréquentait régulièrement. L’ambiance lugubre de Combourg, son confort sommaire, son isolement, façonnèrent aussi la sensibilité à fleur de peau de celui qui sera l’un des précurseurs du romantisme en France. 

    L’article du 29 janvier 2018 de Sébastien Desurmont sur le site Geo est à lire dans son intégralité ici


    18 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique