• L'effondrement

    Je partage avec vous l'article de Jean-Louis  ici :

    Nature ici ailleurs/Yves-Cochet-collapsologue

    Et si notre civilisation s’effondrait ? Non pas dans plusieurs siècles, mais de notre vivant. Loin des prédictions Maya et autres eschatologies millénaristes, un nombre croissant d’auteurs, de scientifiques et d’institutions annoncent la fin de la civilisation industrielle telle qu’elle s’est constituée depuis plus de deux siècles. Que faut-il penser de ces sombres prédictions ? Pourquoi est-il devenu si difficile d’éviter un tel scénario ?

    Je vous propose 3 vidéos : 

    La première de 3 minutes 37

    La deuxième de 16 minutes 42

    La troisième de 50 minutes 55

     

     NB : Ancien enseignant-chercheur à l’Institut national des sciences appliquées de Rennes, Yves Cochet,  membre des Verts puis d'Europe Écologie Les Verts, a été député du Val d'Oise de 1997 à 2002,  ministre de l’Aménagement du territoire et de l’Environnement du gouvernement de Lionel Jospin en 2001-2002, député européen de 2011 à 2014. Il est aussi membre du comité d'honneur de l'Association pour le droit de mourir dans la dignité (ADMD).

    Pour en savoir davantage sur Yves Cochet c'est ici


  • Commentaires

    1
    Mardi 13 Février à 05:56

    J'avis entendu ses propos. D'un certain coté, pourquoi pas ? Notre système actuel fonce dans le mur ..

    Bonne journée tout de même

    2
    Mardi 13 Février à 06:48

    coucou du jour

    3
    Surfingmoune
    Mardi 13 Février à 08:57

    Il ne nous prévoit pas un avenir très optimiste, mais essayons malgré tout de garder le moral.

    Bises du matin

    4
    Mardi 13 Février à 08:57

    Bon jour Béa,
    Je connais, ça fait peur...
    L'avenir n'est pas fort réjouissant, et je pense beaucoup aux jeunes générations.
    Bises et bonne journée

    5
    Mardi 13 Février à 09:20

    Les sonnettes d'alarmes sont tirées depuis de nombreuses années mais la cupidité mêlée à l'inconscience ont toujours fait que rien n'a été entendu !

    Je te remets ce texte prémonitoire  de Fred Vargas écrit il y a 10 ans:

    "Nous avons chanté, dansé.

    Quand je dis « nous », entendons un quart de l’humanité tandis que le reste était à la peine.

    Nous avons construit la vie meilleure, nous avons jeté nos pesticides à l’eau, nos fumées dans l’air, nous avons conduit trois voitures, nous avons vidé les mines, nous avons mangé des fraises du bout monde, nous avons voyagé en tous sens, nous avons éclairé les nuits, nous avons chaussé des tennis qui clignotent quand on marche, nous avons grossi, nous avons mouillé le désert, acidifié la pluie, créé des clones, franchement on peut dire qu’on s’est bien amusés.

    On a réussi des trucs carrément épatants, très difficiles, comme faire fondre la banquise, glisser des bestioles génétiquement modifiées sous la terre, déplacer le Gulf Stream, détruire un tiers des espèces vivantes, faire péter l’atome, enfoncer des déchets radioactifs dans le sol, ni vu ni connu.

    Franchement on s’est marrés.

    Franchement on a bien profité.

    Et on aimerait bien continuer, tant il va de soi qu’il est plus rigolo de sauter dans un avion avec des tennis lumineuses que de biner des pommes de terre.

    Certes.

    Mais nous y sommes.

    A la Troisième Révolution.

    Qui a ceci de très différent des deux premières (la Révolution néolithique et la Révolution industrielle, pour mémoire) qu’on ne l’a pas choisie.

    « On est obligés de la faire, la Troisième Révolution ? » demanderont quelques esprits réticents et chagrins.

    Oui.

    On n’a pas le choix, elle a déjà commencé, elle ne nous a pas demandé notre avis.

    C’est la mère Nature qui l’a décidé, après nous avoir aimablement laissés jouer avec elle depuis des décennies.

    La mère Nature, épuisée, souillée, exsangue, nous ferme les robinets.

    De pétrole, de gaz, d’uranium, d’air, d’eau.

    Son ultimatum est clair et sans pitié :

    Sauvez-moi, ou crevez avec moi (à l’exception des fourmis et des araignées qui nous survivront, car très résistantes, et d’ailleurs peu portées sur la danse).

    Sauvez-moi, ou crevez avec moi.

    Evidemment, dit comme ça, on comprend qu’on n’a pas le choix, on s’exécute illico et, même, si on a le temps, on s’excuse, affolés et honteux.

    D’aucuns, un brin rêveurs, tentent d’obtenir un délai, de s’amuser encore avec la croissance.

    Peine perdue.

    Il y a du boulot, plus que l’humanité n’en eut jamais.

    Nettoyer le ciel, laver l’eau, décrasser la terre, abandonner sa voiture, figer le nucléaire, ramasser les ours blancs, éteindre en partant, veiller à la paix, contenir l’avidité, trouver des fraises à côté de chez soi, ne pas sortir la nuit pour les cueillir toutes, en laisser au voisin, relancer la marine à voile, laisser le charbon là où il est, –attention, ne nous laissons pas tenter, laissons ce charbon tranquille- récupérer le crottin, pisser dans les champs (pour le phosphore, on n’en a plus, on a tout pris dans les mines, on s’est quand même bien marrés).

    S’efforcer. Réfléchir, même.

    Et, sans vouloir offenser avec un terme tombé en désuétude, être solidaire.

    Avec le voisin, avec l’Europe, avec le monde.

    Colossal programme que celui de la Troisième Révolution.

    Pas d’échappatoire, allons-y.

    Encore qu’il faut noter que récupérer du crottin, et tous ceux qui l’ont fait le savent, est une activité foncièrement satisfaisante.

    Qui n’empêche en rien de danser le soir venu, ce n’est pas incompatible.

    A condition que la paix soit là, à condition que nous contenions le retour de la barbarie –une autre des grandes spécialités de l’homme, sa plus aboutie peut-être.

    A ce prix, nous réussirons la Troisième révolution.

    A ce prix nous danserons, autrement sans doute, mais nous danserons encore.

    07/11/08 à 23h24

    Fred Vargas


     


     


     


     


     

     

      • Mardi 13 Février à 10:01

        Merci beaucoup Zoé pour ce texte si bien écrit...

        Gaïa est mal en point... L'Homme la maltraite... 

        On fonce droit dans le mur...

        Bisous

    6
    Mardi 13 Février à 09:39

    Très intéressantes ces vidéos ma Béa.

    Ici, il pleut des cordes et ce qui tombe est glacial. Je crains fort que cela dure toute la journée. Bises et bon mardi

    7
    Mardi 13 Février à 10:23
    LADY MARIANNE

    oui ça craint on a trio tiré sur les ficelles-
    un retour en arrière impossible-
    de faibles mesures prises -
    ne soyons pas trop pessimistes---
    ça ne ferait pas avancer les choses-
    bizzz

    8
    Mardi 13 Février à 10:36

    Hélas ...

    Bisous

    9
    Mardi 13 Février à 11:13

    Moi j'ai peur pour mes enfants et les petits enfants surtout, et oui je deviens de plus en plus pessimiste car en effet au lieu d'avancer on recule mais gravement.

    10
    Mardi 13 Février à 11:53

    Et oui on va droit dans le mur! Merci pour ces vidéos Béa et merci à Zoé pour ce texte de Fred Vargas!

    Bises

    Dany

    11
    Mardi 13 Février à 13:55

    Il serait plus que temps non seulement  de prendre conscience mais d'intervenir ... les Grands de ce monde se réveilleront-ils un jour ? Essayons à notre "hauteur" de prendre des précautions.

    Bises pour une belle journée de Mardi Gras Béa !

    Nicole

    12
    Mardi 13 Février à 15:53

    Bonjour mon amie,

    J'ai regardé la première vidéo et malheureusement, je pense comme Yves Cochet frown. J'aime beaucoup sa dernière phrase, elle résume tout : "il faut qu'on s'aime, si on ne s'aime pas ça va être terrible".

    Merci pour ce partage. Je reviendrai pour les deux autres vidéos.

    Bon après-midi à toi.

    Gros bisous,

    Martine

    13
    Viviane
    Mardi 13 Février à 16:18

    Béa,

    Je fais confiance à la jeune et très jeune génération, car se sont eux qui vont nous montrer nos gestes de gaspillages inutiles etc...

    Quant à la planète, oui et oui elle est en danger !!!

    Nous avons trop longtemps joué aux apprentis sorciers et surtout nous n'avons pas retenu, les nouvelles technologies qui pouvaient générer de l'énergie.

    Ex: rouler à l'eau et oui cela existe mais voila cela ne rapporte aucunes sources de recettes, directes ou indirectes....alors c'est perdu !!!

    Puis la sacré sainte maladie de l'humain c'est d'avoir tout et tout de suite, qu'importe le coût pour ceux qui peuvent. C'est toujours d'aller vite et encore plus vite, mais où...

    Jouir d'une attente n'existe plus et pourtant quel bonheur pour ceux qui savent attendre !!!

    Je me souviens d'une phrase d'un Président de La République, travailler plus pour avoir plus......Oh comme c'est bizarre? "Il y a de plus en plus d'humains, alors pourquoi ne pas partager son temps de travail.....à ceux qui ne peuvent y accéder!!!"

    Décidément l'homme est un Ouroboros !!!

    Bises !!!

     

     

    14
    Evy
    Mardi 13 Février à 22:13

    Faut garder le moral avec tout ça merci pour ce partage bonne soirée bisous 

    15
    Mercredi 14 Février à 03:31
    colettedc

    Ouf, en effet ! Nous, on a un bon bout de fait, mais les plus jeunes, hélas !!! Bon matin de ce mercredi Béa ! Bisous♥

    16
    Mercredi 14 Février à 06:54

    Merci pour ce partage, c’est sympa !

     

    J’ai beaucoup apprécié le commentaire de Zoé avec ce magnifique texte de Fred Vargas !

    17
    Mercredi 14 Février à 14:41

    Je reviendrai regarder les vidéos , j'aime beaucoup le texte de Fred Vargas .

    C'est sur que si le homme continuent à se comporter de manière égocentrique nous allons droit dans le mur .

    Bises 

    18
    Mercredi 14 Février à 17:54

    Certains tirent dans un sens, d'autres dans l'autre sens. C'est une bataille, mais qui va gagner ? Je ne sais pas. 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :