• L'oiseau diamant à bavette met à terre un projet minier

    L'oiseau diamant à bavette contre

    Wikipedia/Diamant à bavette

     

    Voyons qui aura gain de cause, on est hyper conscient actuellement de la chute de la biodiversité, l'homme va t'il enfin prendre la mesure de ses erreurs  ????    

     

    On ne peut trouver meilleur exemple d'un combat qui fait honneur à celui de David contre Goliath. Dans cette histoire, le petit, le minuscule même, porte le drôle de nom de "diamant à bavette". Et c'est cet oiseau pourtant si frêle qui vient de stopper un projet géant de mine de charbon dans le nord-est de l'Australie. L'espèce, qui est très présente sur le site choisi, est en danger et les associations de défense de la biodiversité et de l'environnement se sont battues jusqu'au bout pour la préserver, et elles ont fini par gagner... une bataille mais pas encore la guerre.

    En avril, le gouvernement fédéral australien, conservateur, semblait avoir remporté la partie en approuvant le projet dirigé par le conglomérat minier indien Adani. Mais c'était sans compter sur l'avis du gouvernement régional de l'Etat du Queensland, qui a le dernier mot, selon la loi, car l'implantation du site d'extraction est prévue sur son territoire. L'exécutif, dominé par le parti travailliste, a tout bloqué, estimant que les mesures de protection du "diamant à bavette" qui devaient être mises en place étaient loin d'être suffisantes. Pas de meilleures garanties, pas de mine ! 

    Le petit passereau, par pur hasard, s'est trouvé un allié de poids pour finir de convaincre les autorités d'Australie : son principal lieu de vie se trouve près de la Grande barrière de corail qui doit désormais être ultra-protégée puisqu'elle a commencé à se dégrader sérieusement, au grand dam des défenseurs de l'environnement du monde entier. Ces derniers sont donc vent debout contre l'installation d'une vaste mine dans cette zone ; elle pourrait produire jusqu'à 28 millions de tonnes de charbon par an, et contribuer ainsi à l'aggravation du réchauffement climatique.

    Néanmoins, le groupe industriel Adani Mining refuse de déclarer forfait. "Nous ne partirons pas, a déclaré son PDG, Lucas Dow, nous irons jusqu'au bout pour le plus grand bien du Queensland". Les Australiens sont en effet divisés sur la question. Pour une partie d'entre eux, l'oiseau "diamant à bavette" ne pèse pas lourd dans la balance face aux créations d'emplois promises dans une région rurale qui en manque cruellement.


  • Commentaires

    1
    Mardi 14 Mai à 03:46

    Et si nous arrêtions de remplacer le travail des hommes par les machines, ce serait peut-être un bon début pour régler le problème de l'emploi tout en préservant la biodiversité ? Ou alors taxons les machines comme l'est le travail de l'homme afin de pallier au chômage par un revenu universel.
    Prendre réellement en main les problèmes climatiques et de pollution est aussi une source de création d'emploi.
    Quand l'ensemble de l'humanité se rendra compte que nous allons vraiment dans le mauvais sens et que nous sommes en train de tout détruire y compris nous-mêmes ? Il y a des urgences qui ne souffrent plus d'être mise en attente.
    Merci pour le partage de cet article.
    Bises et bonne journée Béa

    2
    Mardi 14 Mai à 05:43
    Cecile
    Pauvre Terre! J'espère que ce petit diamant va casser le projet et qu'il va en faire baver tous ces gros industriels qui ne pensent pas plus loin que leur bout de leur petit nez d'egoiste.
    Belle journée et bisous à toi Béa.
    3
    Mardi 14 Mai à 07:14

    Toujours le même triste constat ... le fric, le fric, le fric ...

    4
    Mardi 14 Mai à 08:11

    A suivre donc !

    Bises et bon mardi

    5
    Mardi 14 Mai à 08:27

    coucou c'est un sujet qui divise beaucoup d'Australiens - bisous et bonne semaine Mamy Annick

    6
    Mardi 14 Mai à 08:34

    Pas facile de tout concilier... mais j'espère que ce magnifique oiseau survivra.

    Bisous et douce journée.

    7
    Mardi 14 Mai à 14:27

    Eh oui profit contre sauvegarde , éternel combat j'espère que le diamant à bavette aura gain de cause .

    Bonne journée 

    Bises 

    8
    Mardi 14 Mai à 15:40
    Renée

    Tant mieux que cette mine ne voie jamais le jour! Bisousss

    9
    Mardi 14 Mai à 18:46

    Bonsoir toujours l'argent plus ils en ont, plus ils en veulent! Et tout cela sans se soucier le moins du monde de la survivance de notre planète, pauvre terre! bisous

    10
    Mardi 14 Mai à 20:34
    colettedc

    Il doit gagner, ce petit ! Bonne poursuite de cette soirée Béa ! Bises♥

    11
    Mardi 14 Mai à 21:04

    Je voudrais bien que l'oiseau gagne mais cela m'étonnerait beaucoup! Je ne demande qu'à me tromper! 

    12
    Mercredi 15 Mai à 15:59

    Il y a urgence mais il semble que l'humanité ne soit pas si pressée de régler ce problème. Tout ceci est bien triste et l'on se sent tellement impuissant.

    13
    Samedi 18 Mai à 18:32
    claudia

    Merci pour cet article !

    14
    Dimanche 19 Mai à 09:54

    Et c'est très bien, ce sont eux qui sont prioritaires, les animaux, les oiseaux, tout ce qui vit. On ne peut pas à l'infini détruire leur écosystème, leur biosphère, sans avoir tôt ou tard à payer le prix fort. Je te souhaite un bon dimanche Kimcat, caresses à tes petites puces qui, je l'espère, s'acclimatent bien à leur nouveau chez-elles.

    15
    Lundi 20 Mai à 21:33

    J'espère que ce petit oiseau fera pencher la balance de son côté. Bonne soirée et bisous

    16
    Lundi 20 Mai à 21:34

    Bonsoir ma Zaza j'espère que ce magnifique oiseau survivra douce soirée bisous

    17
    maîtresse Poupette
    Lundi 20 Mai à 23:02

    Je ne pense pas que ce soit le nombre d'emplois créés mais plutôt l'argent que ce projet va rapporter, qui les intéresse !

    Bonne soirée 

    18
    Vendredi 14 Juin à 13:36

    J'espère que ce petit diamant à bavette gagnera la lutte fric contre protection de l'environnement.

    Il est vrament très mignon.
    Bises

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :