• Lettre du coq aux humains déconfinés

    Lettre du coq aux humains déconfinés

     "Coq et vue de Lisbonne avec la basilique Estrela en arrière-plan" (1915)

                            José Maria de Souza Moura Girão (1840-1916)

                                                 ( Source wikimedia)

    Je partage une belle lettre trouvée chez Jean-Louis Nature ici ailleurs

    En cette semaine du 14 juillet, j’ai légitimement voix au chapitre. Ne suis-je pas l’incarnation de la République française ? Notre histoire commune s’est dessinée durant l’Antiquité alors que le mot « gallus » en latin signifiait à la fois le coq et le gaulois. Convenons pourtant que notre relation n’a pas toujours été complice.

    Napoléon m’a effacé, il préférait l’aigle ou les abeilles. Puis me voilà de retour durant la 3ème République. J’orne même la grille du Palais de l’Élysée. À nouveau, vous m’avez délaissé, préférant Marianne pour incarner l’honorable République. Heureusement, il me reste les clubs sportifs qui ne rougissent pas de me prendre pour symbole. De plus, je demeure au sommet des clochers. Avec moi, c’est le retour à la lumière après les ténèbres de la nuit. Mon chant est celui de l’espoir… Cela dit, avant de m’inscrire dans votre histoire, j’ai connu une incroyable épopée. Mes ancêtres fréquentaient les forêts du nord de l’Inde, de la Malaisie et de l’Indonésie. Déracinés, ils se sont retrouvés dans l’Égypte ancienne puis dans la Grèce et la Rome antique avant que nous ne colonisions peu à peu le reste du monde.

    Il faut quand même se souvenir que lorsque vous avez commencé à nous « domestiquer », il y a 6 à 8 000 ans, nous ne pondions que 5 à 20 œufs par an, comme beaucoup d’oiseaux sauvages. Au début du 20ème siècle, vos manipulations génétiques ont conduit à une production de près de 200 œufs dans l’année. De nos jours, certaines races devenues des machines à pondre, en livrent plus de 300 par an. Elles ne savent même plus muer et couver. Transformées en mécaniques biologiques, elles subissent un quotidien insupportable : les becs de nos femelles sont « épointés » au laser pour éviter le cannibalisme dû à la promiscuité. Puis elles sont entassées dans des cages ne leur permettant même pas d’écarter les ailes. De leur vie, elles ne verront jamais la lumière du jour. 5 à 15 % d’entre elles meurent chaque année de ces conditions insupportables.

    Bien que beaucoup d’entre vous ne veulent plus être complices et refusent d’acheter des œufs issus de la souffrance, plus de 57 % des volailles subissent encore ce traitement. Chaque année, vous abattez 40 millions d’entre nous rien qu’en France. Quant au reste du monde, notre exploitation dépasse l’entendement. Savez-vous que de tous les oiseaux qui peuplent la planète, nous sommes les plus nombreux ? Notre population est évaluée à 23 milliards, ce qui représente 71 % du peuple des oiseaux ! Que d’agonie et de tourments pour notre peuple… Quelques initiatives permettent pourtant de nous soulager.

    Les poules ne verront jamais la lumière du jour

    Si nous avons une espérance de vie dépassant les 10 ans, nous sommes le plus souvent abattus dès 18 mois. Il est désormais possible de nous recueillir pour que nous terminions notre existence dans de meilleures conditions. Une entreprise a même mis au point « l’œuf qui ne tue pas la poule » sous le label « Poulehouse ». Il s’agit tout simplement de nous donner une heureuse retraite tout en nous garantissant une existence conforme à nos besoins.

    J’allais oublier de vous parler de nous, les coqs. Notre court destin n’est guère enviable. Jugés inutiles puisque ne pondant pas, nous sommes éliminés. Broyés dans des engins meurtriers, ou étouffés alors que nous ne sommes que des poussins. La gloire du coq est devenue pathétique. Son cocorico s’apparente au chant du cygne…

    Allain Bougrain-Dubourg/Charlie Hebdo (Juillet 2020)


  • Commentaires

    1
    Vendredi 24 Juillet à 04:06
    colettedc

    Comme c'est bon ! Merci du partage, Béa ! Bon vendredi ! Bisous♥

    2
    Vendredi 24 Juillet à 05:57

    Bonjour, moi j'adore les coqs pour son beau cocorico et son beau plumage et les poules je les remercie pour leurs bons oeufs:-)) bonne journée bisous

    3
    Vendredi 24 Juillet à 07:27

    Une bonne solution : avoir ses propres poules si on a un peu de terrain.

    Un geste sympa, "récupérer" des poules d'élevage réformées et leur donner une retraite et en même temps profiter de leurs œufs.

    4
    Vendredi 24 Juillet à 11:39

    excellent !

     

    5
    Vendredi 24 Juillet à 13:56

    Bel article Béa. La mode revient d,élever des poules en ville.  3 ou 4  par famille ( Ceux qui ont une cour) . vive le Cocorico matinal !

    6
    Vendredi 24 Juillet à 15:45
    Renée

    Bien pauvres animaux en définitive et c'est très bien si certains peuvent les recueillir que se soit poules ou coqs....Après tout ils nourrissent la planete rendons leur justice! Bisous Béa

    7
    Vendredi 24 Juillet à 16:38

    Je me demande comment de telles conditions d'élevage peuvent encore exister , c'est une horreur . Les magasins et autres hypers devraient boycotter ces élevages .

    Merci pour cette lettre partagée 

    Bonne fin de journée 

    Bises 

    8
    Vendredi 24 Juillet à 17:46

    sympa pour les coqs , mon Minic  te remercie  de cette page  trés intéressante 

     car lui jamais ne  finira au pot ...et il donne un peu de vie dans le quartier , les gens l 'aiment bien 

     kénavo KIM

    9
    Vendredi 24 Juillet à 21:26

    Formidable texte, merci du partage!

    Tu sais, je suis VEGETARIENNE depuis que j'ai 23 ans et j'en ai 49!

    J'en suis à ma 26e année de végétarisme alors je suis ulcérée par ce qu'on inflige aux animaux.

    Je n'y souscris pas, je ne mange pas de viande et mon époux non plus. Il a 25 ans de végétarisme à son actif!

    Sauvons les animaux, soyons végétariens!!!

    Un très beau texte, vraiment

    Gros bisous et amitiés

    Cendrine

      • Samedi 25 Juillet à 14:10

        Grand MERCI Cendrine !

        Bisous

    10
    Evy
    Vendredi 24 Juillet à 21:36

    Un beau partage douce soirée bisous

    11
    Vendredi 24 Juillet à 21:58

    Coluche disait : " Quand on pense qu'il suffirait que les gens ne le sachètent plus, pour que ça ne se vende pas 3 mais je crois bien que la grande majorité desgens s'en contrefichent : une grande et terrible indifférence! 

    Bises Béa 

    12
    Samedi 25 Juillet à 11:08

    Belle plaidoirie pour nos coqs et nos poules.

    Je croyais que de tels élevages étaient interdits.

    Passe un agréable week-end

    13
    Samedi 25 Juillet à 16:41

    Je ne peux qu'applaudir, étant moi-même végétarienne depuis très longtemps. Tout ce qui est infligé aux animaux est intolérable ; les consciences commencent enfin à bouger mais ça reste tellement long pour les animaux suppliciés... J'achète souvent des oeufs avec ce label.

    Bon week-end ma chère Béa

    Rose

    14
    Samedi 25 Juillet à 16:43

    A voir la pub parodie de Lidl très bien faite...

    https://www.youtube.com/watch?v=oIbaLk7hIGM&feature=youtu.be

      • Dimanche 26 Juillet à 09:46

        Merci ma chère Rose pour cette parodie.

        Bisous ronronnants du dimanche

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :