• Moi, on ne m'a jamais demandé comment j'allais...

    Moi, on ne m'a jamais demandé comment j'allais...

    Pour le défi-n-11-parler-d-un-livre  chez Evy

    Un petit livre très bien écrit, que j'ai lu la semaine dernière sur la plage de Pornichet, et que j'ai aimé.

    Un très beau récit poignant de Marie Fugain, avec des mots justes et beaucoup de sensibilité et de simplicité. 

    En voici la présentation :

    18 mai 2002. Laurette vient de quitter ce monde dans les bras de sa grande sœur. La famille est ravagée, les amis arrivent, tous s'apitoient sur la douleur des parents, sur son petit frère Alexis, si jeune pour un tel drame... Et Marie, elle n'a pas mal, elle ? Elle, l'aînée, la belle fiancée de vingt-huit ans, la vivante : pas de quoi se plaindre, sans doute... Personne ne lui a demandé comment elle allait, ni ce jour-là, ni après. 

    Et cet «après» a duré des années. 
    Des années à subir les ravages d'un chagrin que chacun garde pour soi et compense comme il peut. « Je suis mort(e) avec Laurette », disent les parents. Ah bon ? Et moi, et Alexis, on est orphelins, en plus ? Une maman qui se consacre au don de plaquettes dans une association admirable, « mais qui m'a volé et ma mère et ma sœur ». 
    Laurette, icône de la leucémie ? Marie, dans son souvenir, la veut pleine de vie, farceuse, « chiante » parfois (mais oui !). Et si forte, dans sa lutte ultime... Elle disparaît et tout s'effondre. 
    La tribu Fugain éclate, le chef de famille s'enferme dans la musique, puis fuit la maison mausolée... Marie ne sait plus où elle en est. 
    « Ah, comme j'aurais voulu qu'il y ait un mode d'emploi ! Comment réussir sa vie en vingt leçons, sans traumatiser par sa tristesse son mari, ses enfants, sans haïr un père qui se reconstruit ailleurs et laisse une mère éplorée qui se change les idées en côtoyant tout le malheur du monde ?»
    Marie a fini par trouver. Mais cela lui a pris dix ans.

    Vous pouvez lire un extrait ici :

    Babelio/M.Fugain-Moi-on-ne-ma-jamais-demandé-comment-j'allais


  • Commentaires

    1
    Lundi 6 Août à 03:50
    colettedc

    Merci pour cette très bonne présentation, Béa ! Bonne semaine ! Bises♥

    2
    Lundi 6 Août à 07:34

    Ce livre me tente beaucoup . Merci

    3
    Lundi 6 Août à 09:28

    J'ai très envie de lire ce livre, merci de me le faire connaître

    4
    Lundi 6 Août à 09:37

    un livre sûrement très fort ! bonne journée

    5
    Viviane
    Lundi 6 Août à 09:47

    Béa,

    Les drames de famille qui de nous tous y ont échappé ?

    La dureté dans cette histoire que tu relates, est de savoir ou est ta place et pourquoi?

    Comment éviter le deuil, chacun le porte en lui d'une manière si différente, que dire de plus;

    *Seule la mort, te laisse entrebâiller la porte sur LA VIE !!!

    NB/* a chacun ou chacune sa compréhension ....

    6
    Lundi 6 Août à 10:16

    c'est vraiment difficile ;mon petit frère Laurent  est mort  à  28 ans de la lecémie; quelques mois avant Laurette;

    je n'ai pas vécu cette solitude qu'elle décrit mais le chagrin......

    7
    Lundi 6 Août à 10:18

    Tu me donnes envie de le lire...

    C'est vrai qu'il y a les oubliés du chagrin, ceux qui ne disent rien.

    Je suis contente que tu m'aies parlé de ce livre.

    Bisous et douce journée.

    8
    Lundi 6 Août à 11:23

    Bonjour Béa,

    Oui Marie a dû souffrir elle aussi … Un livre que je vais acheter !! Merci … Bonne journée, grosses bises, Véronique

    9
    Lundi 6 Août à 11:35

    il est vrai que chacun ne réagit pas de la même façon suite au départ d'un être cher - on oublie pas moments que la vie continue et que l'on ne doit pas oublier ceux qui sont auprès de toi - je note le lien afin d'acheter ce livre - je suis toujours en vacances au mobil  - jusqu'au  15 septembre - j'ai fermé les commentaires jusqu'à cette date sur Blogger, mais laissé ouvert sur le blog dont lien ci-dessus - (ouvert lorsque j'ai vu que je ne pouvais aller chez des amies pour lesquelles on doit être connecte pour mettre un message) bisous mamy Annick (qui souffre de la chaleur)

    10
    Lundi 6 Août à 12:34
    Yvette/

    Coucou Béa! est ce du vécu ce livre? Il doit être poignant !

    Hier soir, j'ai eu peur, je cherchais Mitou et je l'ai vu au bord du plan d'eau! il fixait une bestiole et ne bronchait pas quand je suis arrivée près de lui, comme hypnotisé. Et comme j'ai fait un peu de bruit , plouf la bestiole dans l'eau. Devine! je pensais à une grenouille! que nenni: une vipère et je l'ai bien vue, avec sa tête triangulaire,  puisqu'elle se faufilait sur les feuilles de nénuphar! elle avançait dans la même posture que celles représentées sur les statues et dessins égyptiens.

    J'aime tous les animaux, je ne le s crains pas, sauf…. les vipères ou serpents. C'est trop rapide à mon goût, je ne sais pas comment réagir!

     Bonne semaine ma chère Béa et croisons ls doigts pour tes souhaits!

    11
    Lundi 6 Août à 13:21

    Merci pour cette belle description ma Béa, un livre que je rajoute à ma liste..

    bon début de semaine et des bisous caniculaires

    chatou

    12
    Evy
    Lundi 6 Août à 13:35

    Bonjour ma Béa un beau sujet je note merci pour ton partage je le rajoute au défis ecrivains bonne journée à toi bisous

    13
    Lundi 6 Août à 15:19
    niki

    j'ai toujours été très émue par le livre de marie fugain, et surtout je me suis identifiée au titre de son livre, car pendant toute la maladie de mon époux et après son décès, moi non plus on ne m'a jamais demandé comment j'allais - elle a bien fait d'écrire ce livre-témoignage d'une souffrance que les autres refusent de voir

    14
    Lundi 6 Août à 15:34
    claudia

    un très beau livre :-)

    15
    Lundi 6 Août à 19:06

    Merci beaucoup pour la présentation de ce livre , je vais le noter dans ma liste de livres à lire .

    Bonne soirée 

    Bisous 

    16
    Lundi 6 Août à 19:09
    LADY MARIANNE

    oui c'est le cas dans les familles où il y a un enfants très malade aussi-
    on s'occupe du malade mais les autres ---
    il faut prendre en compte tous les membres d'une famille-
    merci pour cette présentation-
    bonne soirée- bisous-

    17
    Lundi 6 Août à 19:54

    Coucou Béa !

    Il a l'air vraiment bien ce livre, j'aime lire les gens qui osent parler de leur souffrance...

    Bisous étoilés

    18
    Lundi 6 Août à 20:28

    Un livre qui je n'en doute pas doit être très prenant moralement … L'histoire de "l'après" … 

    Merci de cette présentation Béa et bonne semaine par chez toi !
    Nicole

     

    19
    Mardi 7 Août à 00:38

    Envie de le lire mais je ne sais pas si j'aurai le courage . Merci en tout ca sde nous l'avoir signalé.
    Bises Béa

    20
    Evy
    Mardi 7 Août à 14:27

    Merci pour le lien bisous

    21
    Mardi 7 Août à 16:43

    Très difficile de vivre cet après. Tout s'effondre après la mort d'un enfant. J'ai connu cela quand mon petit frère nous a quittés après avoir lutté contre cette même maladie. Par contre, mes parents ne se sont pas séparés, c'est tout le contraire qui s'est passé, ils sont restés très soudés. Mais, hélas, cela n'a duré que peu de temps, vu que cet immense chagrin a déclenché un cancer des poumons chez ma Maman. Elle lui aura survécu qu'un an...

    Merci ma Béa, pour la présentation de ce livre et belle fin de journée, je t'embrasse !

    22
    Mardi 7 Août à 21:31

    Bonsoir Béa. Je le lirai peut-être. Bonne soirée et bisous

    23
    Mardi 14 Août à 17:08

    Il n'y a pas de recette, non, il faut se débrouiller seul ou presque, puiser au fond de soi.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :