• Une vidéo toute mignonne !

    Merci Les Princesses de Nicole


    11 commentaires
  • (Jeu de lettres n°219)

    Lady Marianne propose un  petit-jeu-de-lettres-219

    (Jeu de lettres n°219)

    Le mot le plus long en anagramme à déchiffrer est : CIRCONLOCUTIONS

    Nom féminin pluriel -Détours de langage qui, en évitant les termes précis,

    visent à masquer la pensée ou à adoucir ce que l’on veut dire.

    Avec les lettres proposées : faire des mots de 5 lettres au moins et au moins 5 mots puis les inclure dans un texte sur un thème de votre choix.

    Voici mon petit texte (avec les mots trouvés en gras et en italique) :

    C'était dans le verger de citrons de son cousin Louis, (un loustic  accoutumé aux circonlocutions  barbantes), que Colin Lutinois  avait découvert, sur un courson, un jeune loriot  tout estourbi. Le passereau aux jolis coloris  jaunes  et noirs  avait dû avoir le bol inouï  d'échapper in extremis aux crocs  d'un prédateur. De retour à la maison, il avait vite fallu trouver une solution  pour remettre sur pattes le petit oiseau qui semblait ne souffrir que de légères contusions. Un colis  de fortune, vidé de son contenu, avait permis à Colin  de lui concocter un doux cocon  avec du coton  et un vieux tricot en laine. Le bel oisillon, sous cette aile protectrice, avait repris des forces et s'était mis à gazouiller. Son chant était mélodieux et un brin mélancolique... 


    10 commentaires
  • Tableau du samedi

                                               Etude de chats (1918)

    Pour le tableau du samedi chez  Lady Marianne

    j'ai choisi un superbe tableau de Suzanne Valadon, pseudonyme de Marie-Clémentine Valadon (1865-1938) qui est une artiste peintre, mère de Maurice Utrillo. Elle connaît de son vivant le succès. En 1894, elle est la première femme admise à la Société nationale des beaux-arts. Perfectionniste, elle peut travailler plusieurs années ses tableaux avant de les exposer. En 1909, elle expose au Salon d'automne de Paris, puis en devient sociétaire jusqu'en 1933.

    Vous pouvez découvrir d'autres peintures de chats sur ce site ici :

    Montmartre-secret/Suzanne-Valadon-et-les-chats-rue-Cortot-Raminou

    Tableau du samedi


    15 commentaires
  • Des couvertures de BD pour sensibiliser sur les abondons d'animaux

    Dans son projet « Summer Adventures », l’artiste français Nicolas Amiard détourne des couvertures de bandes dessinées célèbres pour sensibiliser le grand public au sujet des abandons d’animaux lors des vacances d’été ! Wamiz valide à 100% !

    Tous les ans, 100 000 animaux sont abandonnés en France, dont 60 000 pendant les mois d’été lors des départs en vacances. C’est un chiffre élevé contre lequel de nombreux amoureux des animaux essaient de lutter depuis déjà de longues années.

    Nicolas Amiard, un artiste français, vient de lancer sa propre initiative qui a le mérite d’être impactante et esthétique à la fois ! Le principe ? Des couvertures de bandes dessinées célèbres détournées pour évoquer l’abandon des fidèles compagnons à quatre pattes de nos personnages de fiction préférés, comme Mickey, Obélix ou encore Lucky Luke.

    A voir ici : Wamiz


    19 commentaires
  • D'après une histoire vraie

     Prix Goncourt de lycéens 2015

    Pour le Défi N°49 Parler d'un livre chez Evy

    D'après une histoire vraie

    Voici ma participation avec ce livre que j'ai trouvé excellent.

    En voici la 4e de couverture :

    « Ce livre est le récit de ma rencontre avec L.
    L. est le cauchemar de tout écrivain. Ou plutôt le genre de personne qu'un écrivain ne devrait jamais croiser.»
    Dans ce roman aux allures de thriller psychologique, Delphine de Vigan s'aventure en équilibriste sur la ligne de crête qui sépare le réel de la fiction.

    Et le résumé :

    Après la parution de son dernier roman, la narratrice, prénommée Delphine, qui s'exprime à la première personne, a cessé d’écrire. Ce mutisme vient d’une fragilité qui se trouve amplifiée par des lettres anonymes l’accusant d’avoir fait beaucoup de mal à sa famille dans son précédent roman.

    Une femme qu’elle nomme L. surgit dans sa vie. Et bientôt, L. déploie son emprise sur la narratrice afin qu'elle écrive le roman que L. veut lire, empreint de réalité plutôt que de fiction. Méthodiquement, elle isole la romancière qui se laisse faire. L. exploite la fragilité du personnage, la coupant de ses proches et de ses lecteurs, jusqu’à prendre sa place.

    En complément :

    Entretien-avec-Delphine-de-Vigan


    11 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires