• Le bec et les ailes s'allongent avec l'âge chez le Merle noir

                                                 Pixabay/merle-noir

    Je partage ce bel article publié le 7 novembre 2018 par Jean-Louis Schmitt.

    Vous pouvez le retrouver ici : Nature ici ailleurs

     

    Une étude menée en Pologne durant 19 ans a montré que le bec du Merle noir s'allongeait durant toute sa vie, tandis que ses ailes grandissaient jusqu'à l'âge de six ans, avant de rétrécir ensuite légèrement.

    La morphologie d'un animal est un compromis entre son comportement, les contraintes de la sélection sexuelle et de la migration, des risques de prédation et de la nécessité du nourrissage. Ces paramètres agissent dans des directions parfois opposées. Chez les oiseaux, les individus plus âgés ont souvent les ailes plus longues et plusieurs hypothèses ont été avancées pour expliquer cette situation : en particulier, durant la période de croissance de leurs plumes, les jeunes auraient besoin de davantage de nourriture que les adultes, et les dimensions de leurs ailes peuvent ainsi facilement être affectées par la quantité de nourriture disponible.

    Des analyses biométriques menées dans deux parcs de Szczecin (Pologne) entre 1997 et 2004 avaient montré que les ailes des Merles noirs (Turdus merula) de deuxième année étaient plus courtes (127,2 mm en moyenne) que chez les oiseaux plus âgés (129,9 mm en moyenne). 

    Dans un article publié en 2018 dans la revue Bird Study, des ornithologues polonais ont présenté les résultats d'une étude menée durant 19 ans sur 801 Merles noirs (431 mâles et 370 femelles) âgés de deux à dix ans dont le but était d'étudier la relation entre leur morphologie et leur vieillissement. Ils ont constaté chez les deux sexes que leur bec devenait progressivement plus long (de 21 à 22,6 mm à deux ans, contre de 21,3 à 23,5 mm à l'âge de dix ans) avec l'âge, tandis que leurs ailes grandissaient jusqu'à six ans, passant de 125-129 mm à deux ans à 129-134 mm à six ans, avant de recommencer à décroître légèrement (128-133 mm) au-delà de huit ans. 

    Cette étude suggère que chez cette espèce, la sénescence (= le processus physiologique qui entraîne la dégradation des fonctions des cellules) débuterait à partir de six ans. Précisons que l'espérance de vie moyenne du Merle noir est de 16 ans…

     Source : Ornithomedia.com


    21 commentaires
  • Les escargots ont les coquilles plus claires pour résister à la chaleur

                                                   Pixabay/Escargot

    Gris ou marron, rayés ou mouchetés, les escargots font partie de ces animaux qui présentent une grande variété de couleurs. Des chercheurs néerlandais ont justement tenté de relier la couleur de leur coquille à leur habitat. Et il semblerait qu'en ville, où les températures sont généralement plus élevées, les escargots seraient plus clairs qu'à la campagne ou en forêt, rapporte The Atlantic.

    Les conclusions des scientifiques, emmenés par Niels Kerstes, du Centre de la Biodiversité Naturalis, s'appuient sur une étude «citoyenne»: via l'application SnailSnap, les passionnés de gastropodes (mais aussi tous les autres) envoient des photographies d'escargots. Grâce à la géolocalisation, les chercheurs peuvent déterminer où est prise l'image, et donc où cet escargot vit.

    Ils trient ensuite ces données en quatre catégories: les escargots des champs, ceux des espaces naturels tels que les forêts, ceux des espaces verts urbains, et ceux des zones «grises» des villes, tels que les espaces commerciaux, résidentiels ou industriels...

    La suite de l'article est à lire ici : Slate/story


    14 commentaires
  • L'abeille bleue

    Wikipedia/Amegilla cingulata

    Photo de Vijay Cavale

    En vol, langue sortie

    (L’abeille possède une trompe dotée d’une langue coulissante qui lui permet de pomper au plus profond de la corolle des fleurs.)

    Amegilla cingulata  est une espèce d'abeilles solitaires originaire d'Australie. On estime qu'elle joue un rôle important dans la pollinisation des fleurs et qu'elle est responsable de 30 % des récoltes australiennes.

    Elle a un aspect très frappant. Contrairement à l'abeille à miel, elle est rayée de bleu pâle sur son abdomen, au lieu de jaune. Le mâle se distingue par le nombre de bandes complètes, avec au moins cinq par opposition à la femelle qui n'en a que quatre. Elle mesure de 10 à 12 millimètres de long. Elle a une tête brun doré aux yeux exorbités avec des ocelles multiples. Elle a six pattes adhésives et une longue trompe pour extraire le nectar des fleurs. Les scientifiques croient que les abeilles mâles sont rayées de bleu brillant pour attirer les femelles.

    Bien qu'elle soit originaire d'Australie, on la trouve aussi en Papouasie-Nouvelle-Guinée, en Indonésie, au Timor oriental et en Malaisie. Elle vit dans les régions tropicales et subtropicales. Ces abeilles habitent les zones urbaines, les bois, les forêts et les landes.

    Elles peuvent piquer mais ne sont pas aussi agressives que les autres abeilles. Les mâles s'accrochent aux tiges des plantes pendant la nuit. Comme la tribu des anthophorini, elles sont rapides et agiles. Ce sont des créatures solitaires qui ne créent pas d'essaims.

    Elles recueillent la majorité de leur nectar de fleurs bleues... Les abeilles utilisent un processus qui consiste à s'accrocher aux fleurs et à vibrer avec force, ce qui provoque la chute de sa nourriture. Elles ont un périmètre limité de butinage de 300 m et les femelles font au moins neuf vols par jour.

    (Source Wikipedia )


    22 commentaires
  • Les 3 endroits préférés des chats pour dormir

    Le chat est un animal très sensible ! Il est connu pour sa délicatesse, et les précautions qu’il prend pour choisir son trône. Pourtant, il aime nous surprendre, esquivant le panier prévu spécialement pour lui, et privilégiant un lieu insolite, comme un carton. Quelles sont les réelles préférences des chats en matière de couchage ?

     

    Le chat vit près de l’homme depuis plus de 4000 ans. Pourtant, il n’a pas été autant observé que le chien, et il reste de très nombreuses inconnues sur le comportement du chat...

    La suite de l'article du  Dr Stéphane Tardif
    Docteur vétérinaire et rédacteur pour Wamiz est à lire ici  Wamiz


    24 commentaires
  • Des merles noirs terrassés par le virus Usutu

                                   Photo Wikipedia  de  PierreSelim 

                  Merle dans le jardin de la Basilique Saint-Sernin à Toulouse

    On l’appelle « Usutu », il a pour berceau l’Afrique, son nom est d’ailleurs inspiré d’une rivière en Afrique du Sud. Transporté par les moustiques, ce virus provoque des effets neurologiques désastreux chez nos passereaux, dont le merle noir, et rapaces nocturnes : apathie, perte de coordination des mouvements, anorexie… et, à terme, la mort, laissant des dépouilles sans trace apparente de lésion.
    Le virus a été formellement identifié en France dans les années 2015, il est désormais sous la surveillance du réseau Sagir...

    (*) Sagir est un réseau de surveillance épidémiologique des oiseaux et des mammifères sauvages terrestres en France.

    La suite de l'article est à lire ici : La Nouvelle République

    Un autre article à lire ici :

    Une-mortalité-anormale-des-merles-noirs-à-cause-d-un-virus-dans-la-Sarthe

    Le virus Usutu (abrégé en USUV) est un virus d'origine africaine, transmissible par des moustiques hématophages courants. À ce jour il touche surtout des espèces de passereaux (merle noirmésangemoineau domestiquerouge-gorgeétourneau sansonnet) et quelques rapaces (dont la chouette). En Europe c'est le merle noir qui semble en être la principale victime (par centaines voire milliers par foyers lors des pics d'épizootie)

    Il peut être rarement et sporadiquement pathogène pour l'espèce humaine, il constitue alors une impasse épidémiologique. L'infection est plus grave chez les personnes immunodéprimées (chez lesquelles il cause alors des désordres neurologiques)...

    (Source WikipediaVirus Usutu )


    25 commentaires