• Poussière d'homme

     

    Ce livre déniché à la médiathèque hors prêt et en libre-échange pour le public est un petit bijou que je vais garder précieusement. Il m'aura permis de découvrir un écrivain à la plume talentueuse pleine de délicatesse, de justesse et de poésie. Je l'ai lu dans le train... Ce roman autobiographique magnifique est un bel hymne à l'amour et à la vie... Il m'a émue intensément... Je dirais même qu'il m'a chamboulée. Je l'ai trouvé sublime et d'une rare élégance. Je vous le recommande vivement !

     

    En voici la 4e de couverture :

    « Ce dimanche 3 avril, au soir, tes jours d’homme m’ont filé entre les doigts. Au presque commencement de ma vie, je t’ai perdu, toi avec qui je voulais la finir. Nous avions oublié d’être mortels, le temps nous a rattrapés… »
    David LELAIT-HELO

    « Je viens de finir ce livre, c’est un VÉRITABLE CHOC !!!!! Non seulement l’histoire est bouleversante mais le style est éblouissant !! Les mots claquent, lumineux et remplis de poésie ! Une émotion tout en pudeur pare ce livre d’une couleur unique. » Gérard Collard

    « Lyrique et sensible, juste et touchant, bouleversant même quand il ne reste qu’une poignée d’heures avant la séparation ultime. » Ph.-J.C. –Le Monde

    « Un texte émouvant et d’une exquise sensibilité. » Delphine Apiou –Biba

     

    Et la 4e de couverture chez Anne-Carrière-Editions

     "Ce dimanche soir, tes jours d'homme m'ont filé entre les doigts. Au presque-commencement de ma vie, je t'ai perdu, toi avec qui je voulais la finir.
    La voix blanche et la colère noire, j'ai eu beau t'appeler, tu étais déjà parti, loin. Ta vie, minuscule tourbillon de quelques lunes et soleils, cessait là de tournoyer, sur le rivage carrelé blanc et glacé d'un hôpital.
    Je fais le rêve que l'on nous redonne une poignée d'heures, ravies entre le tomber d'un jour et le lever d'un autre. Ce ne sera qu'un tout petit moment, le temps de refermer les portes de notre vie ensemble. Rien qu'une escale pour rattraper ce temps arraché, et te dire l'après-toi, le sans-toi, la béance à chaque seconde de mes jours depuis ta vie suspendue..."
    Poussière d'homme est une parole d'amour, d'homme à homme, dans un océan de perte et de chagrin.
    Ce récit est le rêve fou de ces adieux, la mise en mots de l'insoutenable absence, comme un supplément d'amour lorsqu'on craint que la douleur nous précipite dans la folie.

     

    Le site de l'auteur est ici

     


    18 commentaires
  • (Jeu de lettres n°143)

    Lady Marianne propose un  petit-jeu-de-lettres-143

    Le mot le plus long en anagramme à déchiffrer est :  DIASCEVASTE

    Nom masculin singulier -Critique qui arrange et corrige ; s'est dit des critiques grecs, particulièrement de ceux d'Alexandrie, qui se sont occupés des poèmes d'Homère, de l'authenticité de certains vers, et de la correction du texte.

    Avec les lettres proposées : faire des mots de 5 lettres au moins et au moins 5 mots puis les inclure dans un texte sur un thème de votre choix.

    Voici mon texte (avec les mots trouvés en gras et en italique) :

    Tessa  avait posé sa veste  en polaire sur le dossier de son siège. On lui avait servi une tasse  de café tiédasse qui l’écœurait un peu. Elle attendait les clients derrière sa caisse, mais pas seulement... Elle allait vivre un moment important et elle se désolait de ne pas avoir les idées  assez claires avec ce vague à l'âme qui la taraudait depuis la veille au soir, après sa longue sieste faite chez elle en plein après-midi. Elle se sentait passablement ensuquée... A demi réveillée, une fois sa vessie vidée, elle avait vissé son bonnet à gros pompons sur la tête et filé à toute vitesse  pour regagner la vaste  librairie dans laquelle elle bossait depuis six mois. Elle s'était activée  car elle n'aurait voulu pour rien au monde, rater la séance de dédicaces de son écrivain préféré ! Elle avait lu tous les bouquins de Frédéric Satie. Sa plume était si exquise et si déroutante ! Elle avait dévoré "Les caves  du caviste  Gavin", savouré "Les jeunes caïds des cités", tremblé pour "Le casse  du XXIe siècle", rigolé en compagnie " Des divas  en savates", pleuré pour "Les vases cassés  de Cassandra", apprécié "Les évadés dévastés",  adoré "Les dictées  d'Edith". Quant à son dernier-né "Vices  et sévices  d'un diascévaste", elle l'avait dégusté avec délice ! Alors il lui tardait de rencontrer cet auteur qu'elle idolâtrait. Elle en trépignait d’impatience...


    14 commentaires
  • Tableau du samedi : Deux chats enlacés

                                            Site Leonard Weisgard

    Pour le tableau du samedi chez  Lady Marianne

    j'ai choisi une belle illustration de Leonard Weisgard : Deux chats enlacés

    Leonard Joseph Weisgard ( 1916 - 2000) était un écrivain et illustrateur  américain de plus de 200 livres pour enfants. Il est connu pour ses collaborations avec l'écrivain Margaret Wise BrownIl est né à New Haven Connecticut, et a passé la plus grande partie de son enfance en Angleterre. Weisgard a étudié l'art au Pratt Institute de New York.

    Son premier livre, Suki the Siamese Pussy , a été publié en 1937. Il a remporté la médaille Caldecott de 1948 pour l'illustration d'un livre d'images américain, en reconnaissance de The Little Island , écrite par Brown. Ils ont collaboré de nouveau sur The Important Book , publié par Harper & Brothers en 1949. Au total, Weisgard a illustré au moins 14 livres de Brown, dont deux qui ont été publiés à titre posthume.  

    L'écrivaine Marjorie Kinnan Rawlings a été finaliste de la médaille Newbery en 1956 pour The Secret River , illustrée par Weisgard.

    Il est décédé le 14 janvier 2000 au Danemark.

    (Source Wikipedia)

    Vous pouvez découvrir d'autres superbes illustrations ici :

    Livres-d-enfants/Leonard-Weisgard

     

    Tableau du samedi : Deux chats enlacés


    25 commentaires
  • Jonathan a 185 ans. Cette tortue des Seychelles est probablement née en 1832, ce qui fait d’elle le plus vieil animal terrestre vivant. Aujourd’hui, Jonathan vit à Saint-Hélène, dans la demeure géorgienne du gouverneur de l’île. S’il est aveugle et qu’il n’a plus d’odorat, son ouïe, elle, est intacte.

    En 185 ans, il en a vu des choses...

    Lire l'article ici

    Un autre document sur Orange à consulter ici

     


    24 commentaires
  • De retour !

    Me voici de retour !

    J'ai bien profité de ma petite famille dans la Creuse.

    Sylvestre aura 5 mois demain ! Déjà !

    Mille merci pour tous vos commentaires.


    14 commentaires