• Somniloquie (Jeu de lettres n°59)

    (Jeu de lettres n°59)

    Lady Marianne propose un  petit-jeu-de-lettres-59

    Le mot le plus long en anagramme à déchiffrer est : SOMNILOQUIE

    nom féminin - émission de sons plus ou moins bien articulés pendant le sommeil. Le fait de parler en dormant est un phénomène relativement courant... 

    Avec les lettres proposées :

    faire des mots de 5 lettres au moins et au moins 5 mots

     puis les inclure dans un texte sur un thème de votre choix.

    Voici mon texte : (avec les mots trouvés en gras et en italique)

    Ce matin-là, sur le seuil  de leur usine  "Miels  du Limousin",  Monique  et Simone attendaient Louise, un tantinet en retard. Elles furent stupéfaites de la voir débouler dans un état épouvantable. Avec sa démarche chancelante, ses cheveux en bataille au lieu d'être noués  en chignon et ses vêtements en loques, il aurait été pour le moins mesquin  de lui demander si elle avait été attaquée par une meute de loups, une troupe de minous  en furie ou de lions  en cavale. Elles comprirent très vite en découvrant son joli minois tuméfié et son oeil  au beurre noir que quelqu'un avait chercher noise à leur amie. A gros sanglots, la jeune femme raconta sa terrible nuit de mouise : son petit copain, Niels Moulin, qui était dans ses mauvaises lunes, l'avait réveillée par des coups d'une violence inouie  parce qu'elle avait crié au beau milieu  de son sommeil un prénom masculin qui n'était pas le sien. Lui dire qu'elle était sujette à la somniloquie  n'avait servi à rien. Il s'était moqué  des arguments  qu'elle avait pu évoquer, comme d'une guigne. Selon  lui, elle mentait et elle le trompait ! Alors il s'était acharné sur elle...  Outrées, Monique  et Simone  s'empressèrent de conseiller à Louise  de porter plainte  contre cet ignoble individu (hélas elle n'était pas un cas isolé  de maltraitance !) et de couper les liens  avec lui, illico presto...

    NB : si vous souhaitez en savoir davantage sur la somniloquie c'est ici


  • Commentaires

    1
    Dimanche 27 Mars 2016 à 04:26
    Ah j'adore les minous en furie et les lions en cavale mdr !
    C'est tout de même une sale histoire.
    Faut que ces femmes portent plainte et surtout qu'elles ne retournent pas avec, hélas beaucoup de femmes retournent chez elle en croyant que ça va s'arranger.
    Bon dimanche, bises Véronique
    2
    Dimanche 27 Mars 2016 à 05:28

    Félicitations Béa, c,est bien réussi.

    Je te souhaite de "Joyeuses Pâques" sans trop de tracas.

    Amicalement.

    3
    Dimanche 27 Mars 2016 à 09:21
    LADY MARIANNE

    félicitations béa !!
    un mot qui t'a bien inspirée- j'espère bien qu'elle va porter plainte-
    Non à la violence !
    merci pour ta belle participation-
    bisous et bon dimanche Pascal-

    4
    Dimanche 27 Mars 2016 à 10:43
    Yvette/

    Très bien trouvée ton histoire! Toujours très douée Béa et je me demande où tu vas chercher tout ça.

    Passe un bon dimanche.

    Là j'attends mon petit-fils qui passe me prendre avec ma sœur et Ma grande chienne qui prend bien sa place dans la toute petite voiture. En plus on va emporter le kärcher alors tu vois , la place!! On part chez ma fille, mais il aurait un semblant de retard mon grand.

    Bisous Béa!

     

    5
    Dimanche 27 Mars 2016 à 12:32

    Encore un texte bien tourné.                                                                          Bravo Béa.  C'est dangereux de parler dans son sommeil lorsqu'on a quelqu'un de violent près de soi.

    Bises du dimanche et Bonnes Fêtes de Pâques

    6
    Lundi 28 Mars 2016 à 00:33

    Un défi réussi. Moi j'ai oublié cette semaine!

    Bisous

    7
    Jeudi 31 Mars 2016 à 17:20

    Des dangers de la somniloquie , je suis sure qu'on pourrait en faire une thèse .

    Bravo pour ce texte qui aborde aussi un sujet de réflexion particulièrement délicat la jalousie et ses conséquences .

    Bises

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :