• Trois moineaux sur quatre ont disparu à Paris

    Trois moineaux sur quatre ont disparu à Paris

                                Photo  Wikipedia - Moineau domestique

    Cette espèce, qui préfère pourtant les zones urbaines, déserte les rues, parcs et jardins de la capitale. Une étude ornithologique avance plusieurs raisons à ce phénomène.

    Le guilleri, son chant distinctif, se fait de plus en plus rare à Paris. Les trois quarts des «moineaux domestiques» - malgré son nom complet, il s'agit d'un oiseau sauvage - auraient disparu de la capitale hexagonale entre 2003 et 2016, selon une étude du Centre ornithologique Île-de-France (Corif) et de la Ligue de protection des oiseaux (LPO).

    Pendant treize ans, lors de la période de nidification (fin du mars à début avril), pendant laquelle les oiseaux sont les plus démonstratifs, une cinquantaine de bénévoles se sont relayés dans 200 points d'observation tirés au hasard et ont compté tous les moineaux qu'ils observaient pendant dix minutes. Les données récoltées ont ensuite été traitées statistiquement par le Muséum d'histoire naturelle. La baisse de 73% du nombre de moineaux enregistrée entre les quatorze comptages équivaut à une diminution de 10% des effectifs chaque année.

    La suite de l'article est à lire  ici


  • Commentaires

    1
    Mercredi 27 Septembre à 06:40

    je suis sure que la municipalité est contente ! bonne journée

    2
    Mercredi 27 Septembre à 06:53
    Séverine

    Pas étonnant avec toute cette pollution.

    3
    Mercredi 27 Septembre à 09:13

    Le milieu urbain est trop pollué pour permettre à ces oiseaux d'y vivre.

    Bises et bon mercredi

    4
    Mercredi 27 Septembre à 09:56

    Ils ont fui Paris pour des centre ville moins pollués, comme à Tours. Et puis il y en a plein aussi dans nos jardins.

    5
    Mercredi 27 Septembre à 10:14
    LADY MARIANNE

    peut-être des contraceptifs dans des graines ??
    je vais aller lire la suite-
    bisous du mercredi-

    6
    Mercredi 27 Septembre à 11:01

    Bonjour Béa. C'est étonnant... J'en ai beaucoup dans le jardin dès que je mets des graines. Bisous

    7
    CHAT PITRE
    Mercredi 27 Septembre à 11:55

    Triste ! J'en ai eu qui nichaient dans mon mur mitoyen mais je ne les vois plus depuis 2 ans. Mais il y aussi mes chats qui font le ménage.  Par contre on a des pies que l'on n'avait pas et des corneilles. Christine

     

    8
    Mercredi 27 Septembre à 11:56
    Yvette/

    Alors je vais te dire: les miens avaient disparus du quartier depuis des années. et depuis 3 ou 4 ans ils sont revenus. Que penses-tu de ça? tu ne crois pas que ce sont les miens qui sont partis faire un essai dans la capital et qui sont revenus dépités. Comme tu le vois et que  je le mettais dans mon poème sur la Loire,  j'ai une imagination fertile.

    Bises Béa!

    9
    Mercredi 27 Septembre à 14:42

    quand on comprendra que la volonté de concentrer dans les villes est une aberration ..

    Ils ont dû chercher des lieux plus sympa et je les comprends

    10
    Mercredi 27 Septembre à 14:59
    Renée

    Faut croire qu'ils en ont marre du béton.....et de la pollution. dommage pourtant. Bisoussssss

    11
    Mercredi 27 Septembre à 14:59

    C'est dommage car cela faisait le charme de notre capitale.

    Ici, chez-nous nous avons une très grande colonie de moineaux. Ils aiment nicher dans la haie de Pyracantha. Ils piaillent pas possible et ils viennent sur la toile de la piscine prendre des bains. Ils se font des cuvettes dedans, percent les bulles de la toile pour être mieux. Ce sont des petits oiseaux fort intelligents.

    Belle journée à toi. Je t'embrasse

    12
    Evy
    Mercredi 27 Septembre à 15:51

    Bien triste merci pour le partage bonne journée bisous

    13
    Mercredi 27 Septembre à 17:30

    Quel dommage de voir disparaître ces charmants piou-piou. Comment ce fait-il?Disparitions d'insectes? Belle fin d'après-midi à toi.

    14
    Mercredi 27 Septembre à 18:11

    Encore un peu de faune qui disparaît frown c'est triste pour les générations à venir !

    15
    Mercredi 27 Septembre à 18:12

    C'est triste ici par contre au jardin j'en ai beaucoup parfois ils sont une quizaine sur le fil qui attendent les miettes de mon petits déjeuner ils nichent sous l'ardoise qui a glisser au mur de ma maison ils y sont bien ils ont fait deux nichées ce printemps, et l'hiver le resto est ouvert...bonne soirée bisous

    16
    Mercredi 27 Septembre à 18:23

    Je crois qu'à force de vouloir supprimer ce qui aux yeux de l'homme est en surnombre et dérange  -moineaux mais aussi pigeons sans passer par les sangliers,arbres,plantes etc...- et bien un jour on s'apercevra qu'il ne reste plus rien de Vivant... Mais j'espère bien que l'espèce humaine aura disparu de la planète avant cela et que la Terre ,la Nature retrouvera sa liberté et son auto régulation.. Par contre personne ne se pose la question de "nous êtres humains sommes trop nombreux"...

    Ti moineaux ici sont tout content au jardinet..

     

    Bise Béa

    17
    Mercredi 27 Septembre à 19:27

    Je ne le pensais pas

    18
    Laurence C.
    Mercredi 27 Septembre à 19:50

    Je ne sais pas si à Paris, les oiseaux sont nombreux mais à Bruxelles, oui.

    Deux mésanges bleues ont réapparu ce matin dans mon jardin.  Quant aux moineaux, j'ai l'impression qu'il y en a moins qu'avant. Je les vois en groupe par intermittence. Je vois beaucoup de merles, pies, corneilles et perruches vertes à collier.

    Malgré la pollution,je pense que les oiseaux se plaisent dans notre capitale.

    Bisous et bonne soirée Béa.

     

    19
    Poupette
    Mercredi 27 Septembre à 21:02

    Il n'y a pas qu'à qu'à Paris qu'il y a moins de moineaux. Je trouve qu'on en voit  moins aussi à la campagne., sans doute à cause de tous les pesticides utilisés en agriculture...

    20
    Mercredi 27 Septembre à 23:38

    Je trouve que ces disparitions d'animaux dont les oiseaux font parti est grave. Ils ne trouvent plus leurs places ...

    Bisous ma Béa

    Ta Chantaloup

    21
    Mercredi 27 Septembre à 23:41

    Il n'y a pas qu'à Paris et il n'y a pas que les moineaux ,  c'est flagrant , hélas, que partout les espèces disparaissent . Et c'est très grave.

    Bises Béa

    22
    Jeudi 28 Septembre à 00:24

    Et bien ils sont venus chez moi! Jamais nous n'avions eu autant de moineaux! Dans le pommier japonais en face du poulailler j'en ai compter 32!

    Et ils sont fidèles et gras comme des moines car les coquins piquent les grains de blé aux poules! Faut voir leur manège! Faudrait que je fasse une vidéo!

    Bises

    Dany

    23
    Jeudi 28 Septembre à 04:33
    colettedc

    Il me semble qu'ici, on en a beaucoup ! Mais ... bon matin de ce jeudi Béa ! Bises♥

    24
    Jeudi 28 Septembre à 19:28

    Chez moi, près de Montpellier, dans la campagne, j'en ai pas mal. Il faut dire que je leur mets des miettes de pain, du fromage en petits morceaux et des boules de graisse l'hiver. Les villes ne sont plus hospitalières : on s'éloigne de la nature de plus en plus. J'espère que tous ceux qui sont motivés pour les faire revenir à Paris vont trouver des solutions efficaces. Bonne soirée Béa et bises.

    25
    Vendredi 29 Septembre à 08:47

    Hélas, on ne tient pas compte de toutes ces petites vies qui font la diversité et l'équilibre écologique. En ville, ils sont même considérés comme nuisibles et donc gênant. Et l'homme se "bétonne" de plus en plus pour son confort, au détriment de ces hôtes invisibles ... Progressivement, toutes ces villes et capitales vont y perdre en qualité de vie ...

    Bisous

    26
    Dimanche 1er Octobre à 21:44

    Ici aussi le moineau devient une espèce rare , une chute vertigineuse depuis que nous habitons ici ( 40 ans ) pourtant l'habitat n'a pas forcément beaucoup changé je pense surtout que le moineau ne trouve plus les insectes comme avant . L'utilisation de nombreux produits chimiques ne doit pas non plus être étranger à cette disparition .

    27
    martine
    Mardi 3 Octobre à 20:22

    Pourquoi s'occupe t'on des moineaux plutôt qu’un autre animal, ce serait un panda ok, mais là on ne fait rien, pourquoi on protège un ursidés plutôt des Passeridae. les molécules chimiques détruisent le monde animal de jour en jour, on supprime 26 m2 de terre agricole chaque jour d’où la population animale se réduit. Les  élus de chaque arrondissement ne les accueillent pas du tout. Ses moineaux sont même considérés comme nuisibles et donc désirables. Si les oiseaux disparaissent l’humanité est en danger et tôt ou tard, on aura le revers de la médaille. mais ce sera toujours trop tard, comme le réchauffement climatique, l'argent sur les disques durs des sommes investis ne garantiront pas le bien être de la biosphère de notre terre ! 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :