• Vers une nouvelle alliance

    Vers une nouvelle alliance

        Gagée jaune (Gagea lutea) ou Ornithogale jaune… Photo : Jean-Louis Schmitt

    Je partage un superbe texte que vous pouvez retrouver chez Jean-Louis ici

     Nature ici ailleurs

    Que ne dit-on ‘’poudres fécondantes’’ plutôt que ‘’pollens allergisants’’ ? Que n’appelle-t-on ‘’sauvageonnes de jardins’’ ces plantes spontanées que l’on qualifie généralement de mauvaises herbes ? Que ne continuerait-on de parler d’ ‘’herbes de bonne fame’’, entendez par là ‘’herbes fameuses ou de bonne réputation’’, plutôt que de jeter le discrédit sur les plantes guérisseuses, ces simples grâce auxquelles nos ancêtres soulageaient leurs bobos du quotidien ?

    Et que penser de toutes ces dénominations connotées négativement par lesquelles on déverse son dédain sur toute créature autre que l’homme et que consciemment ou inconsciemment l’on méprise ? Ne parle-t-on pas d’espèces ‘’nuisibles’’, d’ ‘’espèces invasives’’, ‘’envahissantes’’ ou ‘’intrusives’’ ; d’oiseaux de ‘’mauvais augure’’, d’ ‘’oiseaux de malheur’’, d’ ‘’oiseaux maléfiques’’ ; de chouette ‘’effraie’’, de buse ‘’féroce’’, d’aigle ‘’ravisseur’’... ravisseur d’enfants, cela va de soi ; d’ours mal léché ; de glouton vorace ; de putois malodorant et de bêtes puantes ; de renard chapardeur de poules ; de méchant loup assoiffé de sang, grand croqueur de petits chaperons rouges ; de loup-cervier et, pire encore, de loup-garou ?

    Plus récemment, que n’a-t-on désigné, sans fondements scientifiques avérés, comme boucs émissaires de la pandémie covidienne le pangolin, les chauves-souris et certains mustélidés, en écartant soigneusement celui que l’on n’ose nommer mais auquel secrètement l’on pense ? Mais arrêtons là cette lamentable litanie des appellations irrévérencieuses dont nous affublons plantes et animaux.

    Faut-il le rappeler ? Au commencement était le Verbe. Eh oui ! Les mots sont loin d’être anodins. Bien au contraire, ils portent en eux une force, une puissance, insoupçonnée. Dans un sens comme dans l’autre…

    Aussi n’est-il pas surprenant, qu’imbibés dès notre plus tendre enfance de ce mépris atavique à l’encontre de la nature, que nous soyons mithridatisés par ce dernier et qu’échappe ainsi à notre conscience et à notre entendement la dégradation de nos liens avec la vie et le monde.

    À force de tirer sur la corde, celle-ci rompt. Et quand une corde rompt, c’est l’ensemble des liens qui la compose qui lâche. En être conscient permet d’y remédier. Persister à ne pas voir mène dans le mur. Pour l’heure, tout semble indiquer que c’est la seconde voie que nous avons décidé de suivre. Ce qui explique l’état de conflit permanent dans lequel se trouvent nos sociétés modernes dites de progrès, parfaitement désenchantées et dépourvues de toute vision d’avenir. Misère morale bien évidemment non compensée par l’illusoire bien-être matériel dont se targuent nos faux prophètes et autoproclamés guides suprêmes. Relier, réunir, rassembler, renouer… plutôt que couper, séparer, diviser, cliver… comme le pratiquent avec une machiavélique virtuosité certains.

    Diabolos… étymologiquement : celui qui divise, celui qui désunit…

    Dans les textes sacrés, qu’il apparaisse sous les traits de Satan l’adversaire, de Lucifer le brillant ou encore d’Iblis le désespéré, le Diable sème la discorde et divise les anges. Dans nos sociétés humaines désacralisées, plus pragmatiquement, c’est l’homme qui joue le Diable, c’est l’homme qui divise, qui divise pour régner… À repérer donc et à ne surtout pas cautionner !

    L’heure est dorénavant à l’harmonie et non à la zizanie.

    Afin de redonner à Gaïa, notre bien-aimée Terre Mère, sa rayonnante beauté et de ranimer en chacune et chacun de nous cette divine joie de vivre de laquelle nous sommes issus et qui nous a si généreusement été insufflée à notre naissance.  Non, le monde qui nous entoure, la Terre, la nature, ses plantes et ses animaux, nos frères et sœurs d’ici et d’ailleurs, ne sont pas nos ennemis.

    Cessons de les considérer comme tels, ne gaspillons plus notre énergie en combats stériles. Approchons-les en amis, ils sont nos plus précieux alliés. Et bien vite, nous nous rendrons compte que nous aurons gagné la voie du salut. Puisse Noé remettre à flot son arche et, sur l’azur céleste, réapparaître l’arc-en-ciel salvateur qui, en son irréel et spectral jaillissement de couleurs, une nouvelle fois nous reliera au ciel, une nouvelle fois nous reliera les uns aux autres !

    Edmond Herold


  • Commentaires

    1
    Vendredi 11 Mars à 06:32

    Un texte tellement vrai ! Les médias font beaucoup de mal autour d'eux avec leur discours...quand ils parlent de la nature aussi. Bisous et bonne journée

    2
    Vendredi 11 Mars à 06:57

    Bonjour superbe ce texte cela fait réfléchir merci bonne journée gros bisous

    3
    Vendredi 11 Mars à 07:57

    C'est effectivement très beau Béa, merci !

    Bises et bon vendredi - Zaza

    4
    Vendredi 11 Mars à 08:35

    bonjour 

     en effet c'est un trés beau texte 

     merci pour  la découverte 

     bonne journée Kim 

     kénavo

    5
    Vendredi 11 Mars à 08:58

    Coucou Béa,
    Un article dont je partage totalement la philosophie.
    Le seul être nuisible dans ce monde ne serait-il pas l'humain qui regarde le monde dans son propre miroir ?
    Et pour ce qui est de l'harmonie, je t'avoue que je n'ai pas beaucoup d'espoir...
    Bises et bonne journée 

    6
    Vendredi 11 Mars à 09:01

    Je ne suis pas taoïste mais je crois à la grande énergie qui nous habite tous et nous rend tous interdépendant.  Nous avons besoin de la nature et nous aurions du être ceux qui veillent pour la soutenir, l'aider quand elle s'emballe. Mais nous avons été ceux par qui la perte et le dérèglement arrivent.  Que dire sinon avoir honte de notre espèce. J'ai honte de nous, honte de tous ce que nous avons fait, continuons de faire. Nous ne la méritons pas cette nature. Hélas si nous disparaissons elle disparait avec nous. Toutes ces centrales nucléaires, quand il n'y aura plus personne pour veiller au refroidissement des réacteurs, que va t'il advenir ? 

    Bonne journée Béa 

    7
    marie des vignes
    Vendredi 11 Mars à 10:46
    marie des vignes

    Bonjour, un très beau texte merci pour le partage  Amicalement MTH

    8
    Vendredi 11 Mars à 11:03

    c'est plutôt nous qui sommes nuisible pour la Terre je crois... gros bisous Béa. cathy

    9
    Vendredi 11 Mars à 11:47

    Trés trés beau texte et trés juste!

    Bises Béa 

    10
    Vendredi 11 Mars à 12:39

    voilà un texte et des propositions qui me plaisent beaucoup, merci à toi. bises.celine

    11
    Vendredi 11 Mars à 13:34

    Un tres beau texte Béa , qui nous donne les moyens d'espérer un mieux être avec la nature.

    Bonne journée 

    Bises 

    12
    Vendredi 11 Mars à 14:59

    Waouh, merci ma Béa pour ce très beau partage qui démontre bien cette volonté de nuire à travers le Verbe et qu'il est important de retrouver l'Esprit des mots, leur vraie signification.

    Bisous et belle journée !

    13
    Vendredi 11 Mars à 16:18
    Renée

    La nature dans toute son entité pourrait nous traiter de racistes et de menteurs, avec nos propos...Bisous douce journée

    14
    Vendredi 11 Mars à 20:06

    nous avons tous à nous éveiller pour soigner notre planète et avec tous les vivants (nous compris). Bises et merci

    15
    Vendredi 11 Mars à 20:38

    C'est sûr. Nous sommes un avec le monde, végétal autant qu'animal, humain ou encore minéral.

    16
    Vendredi 11 Mars à 22:15
    Prunelle

    tellement vrai ! 

    17
    Vendredi 11 Mars à 22:37

    C'est un beau texte. Bisous

    18
    Samedi 12 Mars à 11:56
    Martine

    Magnifique texte rempli de vérité ! J'aime beaucoup ! Oui, optons pour l'union plutôt que pour la séparation, pour l'accueil plutôt que pour le rejet, et ceci dans tous les domaines de notre vie. En résumé, n'ayons pas peur de nous remettre en question.

    Merci pour ce partage enrichissant, mon amie.

    Bisous

    19
    Samedi 12 Mars à 16:49

    Bonsoir Béa en effet beau partage douce soirée à toi bisous

    20
    Lundi 14 Mars à 15:00

    Merci pour ce texte qui fait réfléchir ! il y a des modes : on défait telle ou telle chose... 

    21
    Dimanche 20 Mars à 18:02

    Un texte qui en dit long sur notre façon de considérer ce qui nous entoure et il est loin d'être à notre avantage.  Alors réagissons vite si nous voulons vivre en harmonie avec le monde des humains, de la nature et animal.

    Bisous du dimanche soir

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :