• Bienvenue chez moi

    Accueil

     

    Pour retrouver tous mes articles depuis septembre 2007

    c'est ici :  Béa Kimcat Blog

    Si vous voulez m'écrire c'est ici : contact

  • Chat et roses


    votre commentaire
  • Ecoute-moi

     

    Un coup de cœur pour ce beau poème que j'ai lu chez Arcane

    Je le partage avec vous 

     

    Écoute-moi, s'il te plaît, j'ai besoin de parler.
    Accorde-moi seulement quelques instants,
    Accepte ce que je vis, ce que je sens,
    Sans réticence, sans jugement.

    Écoute-moi, s'il te plaît, j'ai besoin de parler.
    Ne me bombarde pas de conseils et d'idées,
    Ne te crois pas obligé de régler mes difficultés.
    Manquerais-tu de confiance en mes capacités ?

    Écoute-moi, s'il te plaît, j'ai besoin de parler.
    N'essaie pas de me distraire ou de m'amuser,
    Je croirais que tu ne comprends pas
    L'importance de ce que je vis en moi

    Écoute-moi, s"il te plaît, j'ai besoin de parler.
    Surtout, ne me juge pas, ne me blâme pas.
    Voudrais-tu que ta moralité
    Me fasse crouler de culpabilité ?

    Écoute-moi, s'il te plaît, j'ai besoin de parler
    Ne te crois pas non plus obligé d'approuver
    Si j'ai besoin de me raconter
    C'est simplement pour être libéré

    Écoute-moi, s'il te plaît, j'ai besoin de parler
    N'interprète pas et n'essaie pas d'analyser
    Je me sentirais incompris et manipulé
    Et je ne pourrais plus rien te communiquer

    Écoute-moi, s'il te plaît, j'ai besoin de parler.
    Ne m'interromps pas pour me questionner,
    N'essaie pas de forcer mon domaine caché.
    Je sais jusqu'où je peux et veux aller

    Écoute-moi, s'il te plaît, j'ai besoin de parler.
    Respecte les silences qui me font cheminer.
    Gardes-toi bien de les briser,
    C'est par eux bien souvent que je suis éclairé.

    Alors maintenant que tu m'as bien écouté
    Je t'en prie, tu peux parler
    Avec tendresse et disponibilité
    À mon tour, je t'écouterai

    Jacques Salomé


    6 commentaires
  • Lettre de la Tourterelle des Bois aux humains déconfinés

               Tourterelle des bois, dans Nederlandsche vogelen. (Wikipedia)

              Cette image provient des collections numériques et/ou physiques de                                                  la Bibliothèque Royale.

     

    Encore une fois une lettre magnifique et bien tournée... 

    Je la partage. Voir l'article chez Jean-Louis ici Nature ici ailleurs

     

    Quoi de plus beau que de regarder le vol majestueux des oiseaux migrateurs ? Dépêchez-vous d'imprimer ces images dans votre mémoire à tout jamais, car grâce aux chasseurs, vous risquerez de ne plus jamais en voir…

    Le premier mai reste présent dans nos mémoires. Rappelez-vous, chaque année, en cette période, alors que nous quittions l’Afrique pour donner la vie en Europe, un véritable barrage de feu nous attendait au-dessus du Médoc. Depuis des centaines de pylônes, près de 3 000 braconniers nous tiraient dessus alors que la chasse était fermée. À l’époque, nous étions quelques 60 à 70 000 à tenter de franchir ce mur mortel. 30 000 d’entre nous n’y parvenaient pas, elles tombaient à terre, criblées de plomb.

    Cette année, au même endroit, les ornithologues ont compté nos effectifs de passage. 5 000 oiseaux seulement ! Bilan catastrophique pour notre espèce désormais à l’agonie. Les scientifiques estiment que 80 % de nos populations se sont éteintes au cours de ces dernières décennies. La situation est jugée si grave par la Commission Européenne qu’elle a demandé à la France (et aux autres pays que nous survolons) de cesser le feu immédiatement. Qu’avez-vous répondu ? On autorisera quand même l’abattage de 18 000 tourterelles ! C’est un mépris à l’égard de l’Europe qui invite à la raison, c’est un mépris également à l’égard des scientifiques qui ont plaidé pour un quota 0. C’est un mépris enfin à l’égard des citoyens qui – consultés sur cette question – ont demandé, à 75 %, que l’on en finisse avec notre massacre.

    L’arrêté pris par la ministre est d’autant plus odieux qu’il a été publié la veille de l’ouverture autorisant notre abattage. En clair, les associations, comme la LPO, qui ont souhaité faire un référé immédiat devant le Conseil d’État pour casser la décision ministérielle, étaient grandement retardées par les impératifs administratifs. Ainsi, même si le Conseil d’État retoque l’arrêté, il faudra au moins une dizaine de jours pour que cesse notre carnage. Et encore, les forces de police seront-elles présentes pour vérifier l’arrêt des hostilités ? En attendant, la fête continue. On  nous canarde sans mesure. Déjà plus de 6 000 d’entre nous ont été balayées du ciel.

    Par bonheur, le temps de la migration est venu. Nous éprouvons toutes le désir de rejoindre les terres du sud. Près de 5 000 km d’un voyage harassant avant de gagner les zones d’hivernation en Afrique. Cela dit, les retardataires risquent de payer cher leur hésitation à s’engager dans le grand voyage. Quoiqu’il en soit, la décision du Conseil d’État sera déterminante pour notre avenir. S’il choisit de préserver la vie plutôt que de favoriser la mort, l’arrêt de la chasse à la tourterelle sera au moins effective l’année prochaine. Notre communauté pourra venir se reproduire en France sans risquer d’en mourir.

    Allain Bougrain-Dubourg/Charlie Hebdo (08.09.2020)

    Le Conseil d’Etat a suspendu, vendredi 11 septembre, pour la saison 2020-2021, la chasse à la tourterelle des bois, oiseau dont la population s’est effondrée en Europe, allant à l’encontre de la volonté du gouvernement.

    Voir ici l'article dans Le Monde


    13 commentaires
  • A propos de l'ensauvagement

                           Portrait d'un Loup gris (photo Wikipedia)

    Je partage l'article de Jean-Louis Nature ici ailleurs

    que je vous invite à lire ici...

     

    Les mots employés dans les joutes oratoires des polémistes et des politiques sont truqués. Dernier exemple en date le terme « ensauvagement», otage des politiques sécuritaires à venir. Et si on réhabilitait vraiment le sauvage dans sa vraie acception, celle de liberté et de nature...

    Depuis quelques semaines, le mot circule avec frénésie, telle une boule de flipper. L’ « ensauvagement » est dans toutes les bouches. Il est devenu l’otage des polémiques sécuritaires du moment. Regardons le dictionnaire. Au mot « ensauvagement », on trouve : « fait d’ensauvager, de s’ensauvager ». On est bien avancé !

    En poursuivant, on constate qu’ensauvager signifie : « rendre quelqu’un sauvage, lui donner un aspect sauvage ». Allons donc à l’essentiel, le mot « sauvage ». La définition du dictionnaire est claire : « se dit d’une espèce non domestique, vivant en liberté dans la nature ». Ainsi une espèce non domestique vivant dans la nature serait une menace ?

    Tremblez rouges-gorges, écureuils et autres vers de terre, vous êtes des sauvages, vous incarnez ce que notre société doit rejeter pour trouver la paix !

    En usant péjorativement du mot « sauvage » ou « ensauvagement », les polémistes desservent l’idée de nature. Une fois de plus, elle renvoie à nos peurs les plus secrètes. Elle réveille nos inquiétudes et nos doutes. Elle creuse le fossé de la réconciliation. La beauté d’une nature sauvage (Victor Hugo disait que le beau était plus utile que l’utile), les richesses que nous offre sans compter le monde sauvage, les thérapies qu’il induit… tout cela reste relégué. Il sera d’autant plus facile de faire courber les ours et s’affaisser les loups.

    « Dominons l’ensauvagement » nous conjurent les sachants. Ils s’y emploient subrepticement. Le sauvage s’efface comme un soleil couchant, victime de nos ambitions. L’artificialisation fait reculer la nature sauvage, de même que l’assèchement des zones humides ou le réchauffement climatique. Il est temps de ré-ensauvager la nature pour lui rendre la dimension qui fera notre bonheur…

    Allain Bougrain-Dubourg (09.09.2020)


    11 commentaires
  • Tableau du samedi 39 : Jument et son poulain dans un verger

                              Une jument et son poulain dans un verger (Source ici)

    En mémoire de Lady Marianne  

    chez Fardoise et chez Lilou

    le-tableau-du-samedi-hommage-aux-chevaux

    J'ai choisi cette très belle peinture de Wilson Hepple (1854-1937) qui était un peintre victorien (britannique). Il peignait essentiellement des chatons, des chats et des chevaux. Passionné de chats, on le surnommait "Cat Man"...

     

    Alors je n'ai pas résisté à l'un de ses tableaux de chats...

    Les autres chats sont à voir  ici

     

    Tableau du samedi :Attente

                                                    Expectation (Attente)

     

    Tableau du samedi :Attente


    20 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique