• Bienvenue chez moi

    Accueil

     

    Pour retrouver tous mes articles depuis septembre 2007

    c'est ici :  Béa Kimcat Blog

    Si vous voulez m'écrire c'est ici : contact

  • (Jeu de lettres n°233)

    Lady Marianne propose un  petit-jeu-de-lettres-233

     Isicathamiya (Jeu de lettres n°233)

    Le mot le plus long en anagramme à déchiffrer est : ISICATHAMIYA

    Style de chant a cappella, provenant des Zoulous d’Afrique du Sud,
    popularisé par Solomon Linda et sa chanson Mbube

    Avec les lettres proposées : faire des mots de 5 lettres au moins et au moins 5 mots puis les inclure dans un texte sur un thème de votre choix.

    Voici mon petit texte (avec les mots trouvés en gras et en italique) :

    Isaac  avait les abeilles. Cathy, qui mâchait  du chewing-gum, l'exaspérait. Elle avait beau ressembler à Laetitia Casta, elle était gracieuse comme un fagot d'épines et prenait la lune avec les dents. Non, pour ses beaux yeux, il ne compterait pas les étoiles. Il n'était pas chargé d'argent comme un crapaud de plumes. Il ne mangeait pas non plus des briques à la sauce caillou. Il était juste allé aux mûres sans crochet avec cette cousine de vendange rencontrée dans un bar, après un spectacle d'isicathamiya. Oui, il avait un petit coup dans le nez. Lui, le sobre professeur de maths ch'timi, qui aimait  les chats (surtout les siens, Sacha et Misti), les matchs  de tennis et qui dormait dans un hamac, s'était laissé séduire et aveuglé. Alors il allait faire un trou à la nuit à plein badin car il ne possédait ni yachts, ni lingots d'or susceptibles de l’intéresser...

     

    Signification des expressions truculentes : Avoir les abeilles (être énervé). Etre  gracieuse comme un fagot d'épines (râleuse, voire hargneuse). Prendre la lune avec les dents (faire preuve d'une audace à toute épreuve). Compter les étoiles (entreprendre quelque chose d'impossible). Etre chargé d'argent comme un crapaud de plumes (très pauvre). Manger des briques à la sauce caillou (vivre dans le dénuement). Aller aux mûres sans crochet (faire preuve d'imprudence). Cousine de vendange (femme qui se joint aux hommes pour boire). Faire un trou à la nuit (déguerpir). A plein badin (à toute allure).

    Mon texte en termes plus clairs :

    Isaac  était énervé. Cathy, qui mâchait  du chewing-gum, l'exaspérait. Elle avait beau ressembler à Laetitia Casta, elle était  hargneuse et faisait preuve d'une audace à toute épreuve. Non, pour ses beaux yeux, il n'entreprendrait pas quelque chose d'impossible. Il n'était pas très pauvre. Il ne vivait pas non plus  dans le dénuement. Il avait juste fait preuve d'imprudence, après un spectacle  d'isicathamiya, avec cette femme rencontrée dans un bar, qui se joignait aux hommes pour boire. Oui, il avait un petit coup dans le nez. Lui, le sobre professeur de maths ch'timi, qui aimait  les chats (surtout les siens, Sacha  et Misti), les matchs  de tennis et qui dormait dans un hamac, s'était laissé séduire et aveuglé. Alors il allait déguerpir à toute allure car il ne possédait ni yachts, ni lingots d'or susceptibles de l’intéresser...


    7 commentaires
  • Tableau du samedi : Les belles Aru et Mina inséparables

                                  Les belles Aru et Mina inséparables ©

                                                 Ne pas copier SVP 

    Pour le tableau du samedi chez  Lady Marianne

    j'ai choisi à nouveau un superbe pastel d'Annie Darroux, artiste pastelliste. 

    Voir mon premier article du mai 2019  ici Douceur-Vanille

    Aimant les animaux depuis toujours, c'est à 50 ans qu'elle découvre le pastel pour les peindre. Ces deux passions sont désormais étroitement liées Autodidacte, ses pastels animaliers viennent du cœur....

    Voici le message qu'elle m'a envoyé pour se présenter :

    Chatpastel est mon nom d’artiste pastelliste animalier.  

    C’est un peu par hasard, en 2014, à 51 ans, que je découvre le pastel. Autodidacte, je me suis initiée alors sur internet, mais pour vraiment progresser plus rapidement, quelques cours de pastels m’ont été indispensables, merci à Christine Mergnat et Térésa Soriano. Cependant c’est la pratique quotidienne qui permet de s’améliorer en dessinant encore et encore, mais toujours avec plaisirs 

    Ce qui nourrit avant tout cette passion, c’est mon amour inconditionnel des animaux depuis toujours, mes tableaux traduisent cette sensibilité. Ce sont eux ma seule source d’inspiration avec comme sujet de prédilection le chat.  

    De pastels en pastels, j’ai participé à quelques petites expositions locales et en 2017 j’ai eu le privilège d’être sélectionnée au Salon International du Pastel des Monts du Lyonnais et de me voir décerner le « Prix du jeune publique » 

    Ayant crée début 2017 mon petit atelier de portraits animaliers sur commandes, je  rencontre et lie des amitiés avec des personnes qui comme moi  aiment tant leurs animaux. Quel plaisir de sentir l’émotion du maître devant le portrait de son compagnon à quatre pattes. Egalement pour soutenir la cause animale qui m’est chère, j’ai développé un partenariat avec un refuge de ma région ou je suis bénévole, à qui je reverse un pourcentage de mes ventes. Tout cela en plus d’une activité professionnelle de technicienne de laboratoire. 

    Avec ma page facebook , le groupe que j’ai créé « Pastellistes animaliers » et mon site internet, je partage cette passion avec beaucoup d’internautes. 

    Egalement en juillet 2018 dans le numéro 72 de plaisir de peindre j’ai été publié pour un pas à pas de chaton.  

    Je cherche dans ma technique du pastel à tendre vers l’hyperréalisme, mais un pastel n’est pas une photo, cependant il doit transmettre des sentiments, des émotions en retrouvant l’expression et le regard de l’animal, là est tout la difficulté. 

    C’est ce plaisir que j’aime partager dans les expositions, pour m’exprimer avec ce médium qu’est le pastel, tellement agréable à travailler. Il est devenu une vraie passion, qui transporte l’esprit en un monde plus serein ou le temps n’existe pas.  

    Son site est ici Annie chatpastel/Portraits animaliers

    Sa page Facebook est ici

    Je remercie chaleureusement Annie, de m'avoir gentiment autorisée à publier ce joli duo qui a ravi leur maîtresse en Bourgogne

    Tableau du samedi : Les belles Aru et Mina inséparables


    20 commentaires
  • La Minute Nature avec Julien, se mouille... 

    Voir l'article chez Jean-Louis ici Nature ici ailleurs

    Le photographe Alessandro Staehli utilise un affût flottant pour approcher en toute discrétion les oiseaux du lac de Neuchâtel, découvrez ses images.

     


    12 commentaires
  • Quand nos souvenirs viendront danser

                                                             Fayard

    Un livre emprunté à la bibliothèque. Je savais à l'avance qu'il me plairait et je l'ai vraiment beaucoup aimé...

    Dernier roman de Virginie. Encore une belle histoire captivante, émouvante, touchante, profondément humaine... Marceline (le personnage principal) est drôle, attachante et piquante...

    Je vous le conseille vivement...

    En voici la 4e de couverture :

    « Lorsque nous avons emménagé impasse des Colibris, nous
    avions vingt ans, ça sentait la peinture fraîche et les projets, nous
    nous prêtions main-forte entre voisins en traversant les jardins
    non clôturés.
    Soixante-trois ans plus tard, les haies ont poussé, nos souvenirs
    sont accrochés aux murs et nous ne nous adressons la parole
    qu’en cas de nécessité absolue. Nous ne sommes plus que six :
    Anatole, Joséphine, Marius, Rosalie, Gustave et moi, Marceline.
    Quand le maire annonce qu’il va raser l’impasse – nos maisons,
    nos mémoires, nos vies –, nous oublions le passé pour nous allier
    et nous battre. Tous les coups sont permis : nous n’avons plus
    rien à perdre, et c’est plus excitant qu’une sieste devant Motus. »
    À travers le récit de leur combat et une plongée dans ses souvenirs,
    Marceline raconte une magnifique histoire d’amour, les secrets
    de toute une famille et la force des liens qui tissent une amitié.
      
    Virginie Grimaldi s’est aujourd’hui imposée dans le paysage
    littéraire français et fait partie des dix romanciers français
    les plus lus en 2018 (palmarès Le Figaro : GFK). Ses romans,
    merveilles d’humanité, sont plébiscités par les lecteurs, en France
    comme à l’étranger.

    Vous pouvez retrouver mes deux articles présentant ses autres livres que j'ai lus et appréciés :

    Tu-comprendras-quand-tu-seras-plus-grande

    Le-parfum-du-bonheur-est-plus-fort-sous-la-pluie


    9 commentaires
  • On ne peut pas tout ramasser sur les plages

                                   Pixabay/mer-coquillages-plage-sable

    On a beau être en septembre, il est bon de le savoir...

    Le Service Public vous en dit plus :

    Vous avez l'intention de rapporter de vos vacances des galets pour refaire votre salle de bains ou agrémenter votre jardin, ou du bois flotté pour décorer votre intérieur ? Attention, il existe une réglementation qui protège l'écosystème fragile des littoraux, avec des amendes pour atteinte au domaine public pouvant être très élevées.

    La suite de l'article est à lire ici

    (Merci à Colette/Prunelle)


    14 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique