• Il n’y a pas de pensée sans mots

    Magnifique texte, lourd de sens et terriblement vrai, à faire passer !

     

    "La disparition progressive des temps (subjonctif, passé simple, imparfait, formes composées du futur, participe passé…) donne lieu à une pensée au présent, limitée à l’instant, incapable de projections dans le temps. La généralisation du tutoiement, la disparition des majuscules et de la ponctuation sont autant de coups mortels portés à la subtilité de l’expression. Supprimer le mot «mademoiselle» est non seulement renoncer à l’esthétique d’un mot, mais également promouvoir l’idée qu’entre une petite fille et une femme il n’y a rien. Moins de mots et moins de verbes conjugués c’est moins de capacités à exprimer les émotions et moins de possibilité d’élaborer une pensée. Des études ont montré qu’une partie de la violence dans la sphère publique et privée provient directement de l’incapacité à mettre des mots sur les émotions. Sans mot pour construire un raisonnement, la pensée complexe chère à Edgar Morin est entravée, rendue impossible. Plus le langage est pauvre, moins la pensée existe. L’histoire est riche d’exemples et les écrits sont nombreux de Georges Orwell dans 1984 à Ray Bradbury dans Fahrenheit 451 qui ont relaté comment les dictatures de toutes obédiences entravaient la pensée en réduisant et tordant le nombre et le sens des mots. Il n’y a pas de pensée critique sans pensée. Et il n’y a pas de pensée sans mots. Comment construire une pensée hypothético-déductive sans maîtrise du conditionnel? Comment envisager l’avenir sans conjugaison au futur? Comment appréhender une temporalité, une succession d’éléments dans le temps, qu’ils soient passés ou à venir, ainsi que leur durée relative, sans une langue qui fait la différence entre ce qui aurait pu être, ce qui a été, ce qui est, ce qui pourrait advenir, et ce qui sera après que ce qui pourrait advenir soit advenu? Si un cri de ralliement devait se faire entendre aujourd’hui, ce serait celui, adressé aux parents et aux enseignants: faites parler, lire et écrire vos enfants, vos élèves, vos étudiants.
    Enseignez et pratiquez la langue dans ses formes les plus variées, même si elle semble compliquée, surtout si elle est compliquée. Parce que dans cet effort se trouve la liberté. Ceux qui expliquent à longueur de temps qu’il faut simplifier l’orthographe, purger la langue de ses «défauts», abolir les genres, les temps, les nuances, tout ce qui crée de la complexité sont les fossoyeurs de l’esprit humain. Il n’est pas de liberté sans exigences. Il n’est pas de beauté sans la pensée de la beauté".(C. Clavé)

    A diffuser et à partager sans modération

    (Merci à Yo ma copinaute, amie des animaux)


    25 commentaires
  • La pensée du jour (41)

                                                   

                                                      www.nature-et-poesie.fr


    17 commentaires
  • Humanité animale

    (Merci à Isa des chats de mon Cœur)

     


    26 commentaires
  • Je partage le bel et émouvant article de Jean-Louis que vous pouvez retrouver ici Nature ici ailleurs

     

    Menacés de toute part, les hérissons ont de plus en plus de mal à survivre aux épreuves que l’espèce humaine leur fait subir. Heureusement, parmi ces humains, on trouve aussi des âmes belles et dévouées. Démonstration avec Sara Stahl qui, dans son centre de soins, a déjà accueilli 440 hérissons.

    Basée à Orsay, dans l’Essonne, Sara Stahl reçoit régulièrement des hérissons. De plus en plus même. Il faut dire que cette espèce supporte assez mal le réchauffement climatique, la raréfaction des insectes, la circulation automobile et la fragmentation de leur territoire. Parmi les pensionnaires de Sara Stahl, donc, des orphelins, des blessés et des malades.

    Pour chacun d’entre eux, une mission : les soigner et les remettre sur pied tout en préservant au maximum leur autonomie. Objectif : les relâcher dans leur milieu naturel afin qu’ils reprennent dès que possible le cours de leur vie sauvage.

    Le Parisien s’est rendu sur place. Regardez :     

    À Orsay, Sara Stahl a déjà vu passer près de 440 hérissons en danger. Dans son centre de soin installé chez elle, elle soigne, prend soin et relâche ces petits mammifères de plus en plus menacés par le réchauffement climatique, la bétonnisation et la perte de la biodiversité


    16 commentaires
  • Tableau du samedi 120  :

                                     Peinture de Vladimir Volegov (2008)  ©

                                                           Ne pas copier                         

                   Pussycatdreams12-beaux-tableaux-de-vladimir-volegov

     

    En mémoire de Lady Marianne

    chez Fardoise et chez Lilou

    Le-tableau-du-samedi-en-pause-pour-l-été- thème en toute liberté

    j'ai choisi à nouveau une superbe peinture de Vladimir Volegov, un artiste russe contemporain né a Khabarovsk en 1957 et résidant en Espagne depuis 2007.

    Voir mon article du 20 mars 2021 

    Le tableau du samedi/Reposez-vous-une-minute

    Je vous invite à visiter son site  ici

    Et sa page Facebook  ici

    Je remercie chaleureusement Vladimir de m'avoir gentiment autorisée à publier  l'une de ses œuvres.

    Tableau du samedi 120  :


    17 commentaires