• Bon Jour de l'An 2022

     

    Je souhaite plein de bonnes choses à vivre en ce jour de l'An 2022 et les 364 jours qui restent à mes cher(e)s copinautes.

                                   Bisous ronronnants.


    21 commentaires
  • Tableau du samedi 92  : Quatuor de chats

                                                  Un quatuor de chats

                                qui pourraient magnifiquement illustrer

                                             une carte de bonne année.

     

    Quoi de mieux que quatre chats d'un coup pour clôturer une année de tableaux de chats du samedi et pour en ouvrir une nouvelle...  

     

    En mémoire de Lady Marianne

    chez Fardoise et chez Lilou

    Passage-d-1-année-à-l-autre- Le meilleur de 2021 pour-le-tableau-du-samedi 

     

    J'ai choisi 4 superbes chats peints par Carl Reichert ou Karl Reichert (1836-1918), lithographe et peintre paysagiste et animalier autrichien. Il étudie à l'académie de dessin de Graz , avant de poursuivre ses études à l'académie des beaux-arts de Munich puis de séjourner à Rome. A son retour en Autriche, il peint des paysages,  des scènes urbaines et des  animaux, se spécialisant plus particulièrement dans la réalisation de portraits de chiens et de chats.

    (Source Wikipedia)

     

    Tableau du samedi 92  : Quatuor de chats

                            Je vous souhaite le meilleur pour 2022

     

    Tableau du samedi 92  :


    21 commentaires
  • Couple Merlebleu

                                                Photo Steve Gettle

    Pour rester encore dans la magie de Noël et le merveilleux...

     

    Très jolie photo d’une femelle Merlebleu et de son compagnon aux teintes bleu azur et rouge brique.
    Et l’on pense à la citation d’Antoine de Saint-Exupéry : "Aimer, ce n’est pas se regarder l’un l’autre, c’est regarder ensemble dans la même direction."
    Le Merlebleu de l’Est (Merlebleu en un seul mot) est un passereau qui vit en Amérique du Nord et en Amérique centrale. En anglais on l’appelle Eastern Bluebird.
    En compétition avec le Moineau et l'Étourneau sur les zones de nidification qui se raréfiaient, le Merlebleu de l'Est tendait à disparaître mais il est revenu progressivement grâce à l'installation de nichoirs.
    L'espèce est généralement monogame.

    Texte ©LaureChevalierSommmervogel


    Page Facebook Animaux et merveilles


    16 commentaires
  •  

    Solution pour 57 chèvres

                      Les chèvres sont maintenant dans une pension en Ardèche. - 

                                        DR / fondation Brigitte Bardot

    C’est une jolie histoire de Noël pour tous les défenseurs des animaux. 57 chèvres destinées à l’abattoir viennent d’être sauvées. Elles semaient la pagaille dans le Tarn. La fondation Brigitte Bardot leur a trouvé une pension en Ardèche.

    Source France bleu/une-solution-pour-les-57-chèvres-tarnaises-qui-menacaient-dêtre-abattues-

     

    Les chèvres vont arrêter de semer la zizanie à Montredon-Labessonnié, dans le sud du Tarn. Depuis plusieurs mois qu’un troupeau de chèvres errait en totale liberté dans les bois et les champs de la commune. Une dizaine de bêtes au départ, abandonnées par un éleveur, qui ont depuis fait des petits, et sont devenues sauvages. 

    Au mois de mars, désemparé, le maire Jean-Paul Chamayou avait pris un arrêté pour les abattre, et attendait une action des services de l’État. Il faut dire que les chèvres ont multiplié les dégâts dans les sous-bois, et sur certaines parcelles agricoles. Mais, l’annonce de l'abattage avait fait grand bruit. Et la fondation Brigitte Bardot a fini par trouver une solution. Elle vient de transporter 57 chèvres dans une pension en Ardèche. 

    Lorène Jacquet raconte comment les chèvres ont pu être capturées de manière douce et comment elles vont maintenant finir leur vie tranquillement.  

    Où sont les chèvres et comment vont-elles ? 

    Les chèvres sont arrivées à bon port, elles sont en Ardèche, ont fait la route du Tarn ce matin jusqu'à l'Ardèche ce soir. 

    Et comment vous avez fait pour les capturer ? 

    Elles ont été capturées grâce à la mise en place d'un enclos sur le lieu où elle vivait, à l'état sauvage. C'est un travail qui a duré un certain nombre de semaines pour les mettre en confiance, pour qu'elles acceptent de rentrer dans cet enclos qui a été rendu attrayant avec des pierres de sel. Il fallait du temps pour que ces chèvres se laissent capturer, s'habituer un peu à l'humain également. Et donc, pendant ces quelques semaines, ça a été tout un travail mis en place par nos référents locaux et par la Fondation Brigitte Bardot pour permettre ensuite de les rassembler, puis de pouvoir les transporter. 

    Et s'il en reste quelques-unes dans le Tarn, vous allez faire quoi ? Vous continuez d'être vigilants ? 

    Il va y avoir une surveillance pour savoir le nombre d'animaux qu'il reste. On n'est pas vraiment sûr du nombre. On ne sait pas exactement où elles sont pour l'instant. Donc, l'idée, c'est justement de continuer à les surveiller, garder l'enclos  suffisamment attrayant pour que les chèvres restantes aient envie également de venir et de se laisser capturer. Ensuite, on pourra envisager un nouveau transfert quand on aura des places disponibles pour pouvoir les accueillir. 

    La nouvelle vie de ces chèvres, elle va ressembler à quoi ? 

    L'idée de ce transfert, c'est d'offrir à ses chèvres une nouvelle vie sans exploitation et justement, de les sauver de l'abattage qui avait été prévu par l'arrêté du maire. Donc, elles vont passer six mois en quarantaine sanitaire et ensuite, elles vont pouvoir sortir au pâturage et on va assurer leurs bons soins jusqu'à la fin de leur vie. 

    Et la réaction de la population à Montredon-Labessonnié ? Les habitants sont contents de cette fin ? 

    Alors oui, manifestement, ils sont très heureux d'avoir pu trouver une solution qui soit autre que l'abattage. Le maire était là ce matin quand les chèvres sont parties et il se disait soulagé d'avoir pu trouver une solution alternative puisque cet arrêté d'abattage avaient pris un peu à contrecœur. Mais parce que là, il était nécessaire de trouver une solution aux désagréments causés à ces animaux sauvages sur la commune. Mais effectivement, les habitants et le maire ont l'air très contents d'avoir trouvé une solution qui ne soit pas l'abattage. 

    Et pour finir, cette solution proposée par la Fondation Brigitte Bardot, ça va coûter combien ? Est-ce que vous avez estimé un petit peu cette grosse opération, alors ? 

    La première partie de l'opération se chiffre déjà en milliers d'euros. Je pourrais pas vous dire le montant exact, mais effectivement, un transporteur professionnel qui prend en charge des animaux, qui fait toute cette route, les équipes qui viennent sur place, les personnes qui construisent un enclos, c'est déjà un coût de matériel, en main d'œuvre, en transport très important. Ensuite, il y aura le bouclage, on a toute la partie des premiers soins à réaliser et ensuite la surveillance sanitaire. Et comme je le disais, après il y aura les frais de garde qui vont s'élever à des milliers d'euros pour la fin de leur vie. On rémunère une pension pour s'occuper de ces animaux et en prendre grand soin. Donc effectivement, c'est grâce à l'argent de nos donateurs qu'on arrive à réaliser ce genre d'opérations. On est très heureux de pouvoir le faire et de sauver les animaux d'un abattage et du triste sort qui leur étaient malheureusement destinés. 


    15 commentaires
  • Une renne et son petit

                                             Photo (Auteur non identifié)

    Pour rester dans la magie de Noël, un moment tendresse...

    Une femelle renne et son petit, que l’on appelle faon…Le renne (Rangifer tarandus) est un cervidé originaire des régions arctiques et subarctiques de l'Europe, de l'Asie, et de l'Amérique du Nord où il est appelé caribou. Il fut introduit dans l'archipel antarctique français des îles Kerguelen où il est maintenant naturalisé à l'état sauvage. En Europe du Nord, le renne est domestiqué en tant animal de trait, de bât et de course. Dans la tradition, ce sont des rennes qui tirent le traîneau du père Noël.

    Texte ©LaureChevalierSommervogel

    Page Facebook Animaux et merveilles


    17 commentaires